Le retour de Ptôse (avec Palo Alto !)

Ptôse/Palo Alto - Phantom Cosmonauts (Split EP)

Le retour de Ptôse (avec Palo Alto !)

Qu’il est bon d’avoir des nouvelles de Ptôse ! Ce duo français underground des early 80’s constitué de deux frangins aussi déjantés Dada sur le bidet que les Californiens de Residents, mais chantant en français des ritournelles aussi singulières que « Ecraser la vermine » ou « Boule, Boule, viens ici, viens ici sale chien » n’avait pas donné de nouvelles depuis Face de crabe, sorti en 1986 !!
Ils nous reviennent avec un split-EP sur Psychofon Records, intitulé Phantom Cosmonauts, qu’ils partagent avec Palo Alto, trio parisien formé en 1989, lui aussi trop longtemps méconnu et dont l’un des membres (Perreaudin, pour ne pas le nommer) œuvre depuis longtemps afin que la reconnaissance des Ptôse soit plus à la hauteur de leur talent hors-normes. Phantom Cosmonauts sonne comme la bande-son d’un film de science-fiction, genre du reste affectionné par Palo Alto (l’écrivain SF Jacques Barbéri est d’ailleurs l’un des multi-instrumentistes fondateurs du trio et à l’origine du thème cosmologico-Spoutnik de ce disque). Electronique, saxo, samples divers, guitares et autres bruitages cosmiques et labyrinthiques s’enchevêtrent avec bonheur pour des ambiances oniriques et plutôt faciles d’accès évoquant une sorte de space opera crépusculaire mais pas trop. Laurent Pernice, ex-Nox et le violoniste de Tuxedomoon Blaine L. Reininger s’illustrent sur certains morceaux de la face B (celle gérée par Palo Alto) de ce split-EP à découvrir, que l’on soit ou non amateur des œuvres précédentes de ces deux groupes.
https://www.psychofonrecords.com/eyeball-museum/

par Yannick Blay

rédigé le mercredi 01/11/2017 à 21:14

hier lundi 23 avril

avec Christophe Labussière

Rédacteur en Chef

Prémonition

réagissez à endirect@premo.fr

7h55 Norma Loy était en concert hier soir au Supersonic à Paris. Ce qui devait être des retrouvailles entre un public fidèle qui les suit depuis 30 ans et un groupe qui a toujours donné le meilleur de lui-même a tourné au fiasco... Des problèmes "techniques" les ont fait paniquer pendant 30 minutes autour de leur laptop jusqu'à ce qu'ils démarrent tant bien que mal le concert... S'en sont suivies 45 minutes difficiles, jusqu'à un "Power of Spirit", sans les "bandes" batterie, mais malgré tout magistral : une preuve de l'envie que le groupe avait de nous satisfaire, mais le mal était fait.
On attend avec impatience un nouveau rendez-vous, on compte oublier celui-ci très vite.

Passez la Journée avec Christophe Labussière... (mais personne ne vous y oblige !)

En direct !
  EN DIRECT AVEC Christophe