L'essentiel

Chroniques Express
Pere Ubu

« 20 Years in a Montana Missile Silo »

[Cherry Red]

Chronique rédigée par Yannick Blay

publiée le jeudi 22 février 2018 à 17h16

sorti le vendredi 29 septembre 2017



Pere Ubu, auteur de hits suintant la fin de la guerre froide tels que "Final Solution" et "30 Seconds Over Tokyo", deux morceaux phrares parus il y a une quarantaine d’années (ouch !), sort un seizième album (re-ouch !) au titre tout aussi évocateur : "20 Years in a Montana Missile Silo". Sont-ce Kim Jung-Un et Trump qui obsèdent aujourd’hui ce bon vieux David Thomas, leader imposant et… ubuesque ? En tout cas, il y avait longtemps que son groupe n’avait pas sonné comme ces deux chansons !
Bon nombre des titres de ce nouveau disque sont en effet d’une tension tout électrique, dans une veine garage rock, empreinte d’une belle urgence qui pouvait faire défaut au précédent album, "Carnival of Soul", qui n’en reste pas moins indispensable, disque d’une splendeur psyché, sombre et avant-gardiste difficilement classable. Il n’y a ici guère que le minimal "Plan From Flag 9" qui pourrait rappeler vaguement ce disque, avec ses sonorités expérimentallo-sci-fi et sa construction jouant sur la frustration avec cette sorte de faux crescendo qui s’orne de bidouilles particulièrement étranges. La majorité de "20 Years in a Montana Missile Silo" comprend des refrains accrocheurs, tandis que le son ébréché, voire éméché de l’ensemble, peut rappeler parfois le meilleur de Half Japanese, en plus pop, mais aussi en encore bien plus inspiré et aventureux. Pas moins de trois guitaristes (notamment Keith Moliné bien sûr, mais aussi Kristof Hahn, fidèle collaborateur de Michael Gira dans les Swans qui a rejoint depuis peu le groupe de l’Ohio) oeuvrent sur les perles que sont le Beefheartien "Monkey Bizness" (une diatribe lancée aux sympathisants de l’ultralibéralisme type Macronisme), les carambolants "Red Eyes Blues", "Swampland", le très Seeds "Toe To Toe" ou encore le plus chaloupé "Funk 49". Il y a aussi deux blues fabuleux et hululants, tels des hommages au grand Howlin’Wolf, ainsi qu’une ballade mélancolique, "The Healer", qui est sans doute la chanson la moins convaincante de cet album.
Ce qui fait avec la différence entre "20 Years in a Montana Missile Silo" et le tout-venant pop, post-punk ou garage rock, hormis la voix de chatte de gouttière toujours en chaleur de David Thomas, ce sont les synthés farfelus voire pleurnichards de Robert Wheeler et la stridulante clarinette de Darryl Boon (cousin éloigné de Danny ? ) qui parent le tout d’une sorte de nimbus extra-terrestre et élégiaque.
Un disque somme toute percutant et incroyablement inspiré de la part d’un groupe qui œuvre depuis si longtemps plus ou moins dans l’ombre.


Ce qu'on a aimé
Le retour au garage
Le côté expérimental toujours vivace
La présence de Kristof Hahn
David Thomas, forever young
Ce qu'on n'a pas aimé
"The Healer", presque pénible
PLUS D'INFOS
ÉCOUTEZ
TRACKLISTING
1. Monkey Bizness
2. Funk 49
3. Prison Of The Senses
4. Toe To Toe
5. The Healer
6. Swampland
7. Plan From Frag 9
8. Howl
9. Red Eye Blues
10. Walking Again
11. I Can Still See
12. Cold Sweat

DATES
Sorti le vendredi 29 septembre 2017
Chroniqué le 22 février 2018