Nothing But Noise

« eXistence oscillation Past »

[Wool-E Discs]

Chronique rédigée par Bertrand Hamonou

publiée le lundi 09 janvier 2017 à 22h25

sorti le samedi 12 novembre 2016



Cela fait des années que Front 242 est face à l'impossibilité d'enregistrer une suite à "Pulse", son dernier album paru en 2004. C'est donc tout naturellement que ses membres se sont tournés vers leurs projets personnels lorsque le groupe n'est pas en tournée pour des concerts qui visitent toutes les périodes de leur discographie : Richard 23 est parti en tournée américaine avec les Revolting Cocks premières du nom ; Patrick Codenys et Jean-Luc De Meyer ont exhumé Underviewer, leur groupe pré-Front 242 dont l'album enregistré en 1979 vient d'être publié. Quant à Daniel Bressanutti, le plus discret d'entre tous, il est depuis quelques mois en train de se constituer une discographie massive avec ses projets croisés : Prothèse et Nothing But Noise, par le biais d'une série de cassettes intitulées "Music For Muted TV", les différents volumes étant crédités à l'un ou l'autre, voire aux deux projets concomitants. Et comme si cela ne suffisait pas, Nothing But Noise vient de sortir un second album au titre énigmatique, "eXistence oscillation Past", soit une electro/ambient d'obédience Berlin-school chargée, imposante et grave ("Manoeuvres Mécaniques") voire carrément martiale, avec ses parties de percussions franchement tribales (le titre éponyme, "eXistence oscillation"). Si l'on ne compte que cinq titres sur cette nouvelle livraison, chacun y trouvera néanmoins plus que son compte en cumulant avec les récents volumes 2 et 3 des "Music For Muted TV, et un quatrième imminent. Le disque débute avec "レプリカ" (Réplique en français), véritable réminiscence de "Pulse", avec ses sons électroniques clairs et superposés qui rappellent immédiatement le titre "No More No More", pour ensuite embrayer sur quelque chose de plus sombre et percutant, de plus tribal aussi, comme si Nothing But Noise avait compris et intégré ce qui avait depuis toujours manqué à cette ambient-là, et qui faisait que l'on ne s'y intéressait pas forcément comme nous l'aurions dû. "eXistence oscillation" le morceau clef du disque rappelle quant à lui la progression et les sons de "This World Must be Destroyed" qui figure sur le maxi "Mixed by Fear" de Front 242 (1991), ici revisité, trituré, augmenté et sublimé sur plus de quinze minutes. Puis ce final faussement serein, "Dust" et sa saturation venue troubler son côté conquête tranquille en guise de clôture d'un disque époustouflant. Cinq titres c'est peut-être deux fois moins que sur "Not Bleeeding Red", mais alors quel voyage ! On attend déjà la suite.


Ce qu'on a aimé
Les parties rythmiques
La filiation avec de précédents titres de Front 242
La complexité des titres
Ce qu'on n'a pas aimé
On cherche encore ce qu'on n'a pas aimé...
PLUS D'INFOS
ÉCOUTEZ


NOTHING BUT NOISE
Page Facebook
Site

WOOL-E-SHOP
Site
TRACKLISTING
1. レプリカ
2. Manoeuvres Mécaniques
3. Monochrome deux
4. eXistence oscillation
5. Dust

DATES
Sorti le samedi 12 novembre 2016
Chroniqué le 09 janvier 2017