& les Chroniques
Express
Lith
"Anthropocene"
DATES | Sorti le 29 janvier 2022 | Publié le vendredi 17 juin 2022
POURQUOI | Dark Ambient | France
ET ALORS | L’Anthropocène est l’époque géologique caractérisée par l’avènement de l'activité humaine prépondérante à tout autre facteur naturel qui prédominait jusque-là, et détermine le sort de notre planète tout entière. Et c’est cette réalité que décrit fort bien le nouvel album du Français David Vallée et son projet Lith, dont l’électronica brute, massive et tellurique, associée à des patterns rythmiques fouillés et complexes, imagine la bande-son d’un futur que l’humanité a déjà orienté, voire condamné. Sur les dix titres instrumentaux qui composent "Anthropocene", le ton est solennel et la palette sonore est inquiétante pour évoquer ce constat tragique. Dès son intro qui sonne comme une mise en garde, "Anthropocene" semble remonter aux premières heures de l’Homme sur Terre avec sa rythmique tribale, avant de nous entrainer dans la désolation d’un monde de ruines et de cendres, au moyen de titres sans équivoque. Pour rendre compte de la puissance de nuisance et de destruction dont fait preuve notre espèce, le musicien emprunte autant au dubstep qu’à l’industriel et à la dark ambient sur ce disque dont la finesse d’exécution n’a pas fini de révéler la tonne de détails sonores qui nous fascinent.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
Bank Myna
"Volaverunt"
DATES | Sorti le 25 février 2022 | Publié le jeudi 7 avril 2022
POURQUOI | France | Dream Pop | Post-Rock
ET ALORS | Un album qui paraît simultanément sur cinq labels différents, en voilà situation inédite et réservée à "Volaverunt", le premier album de la formation française Bank Myna, dont le nom est celui, en anglais, d’un oiseau : le Martin des berges. Dès lors, il n’est pas étonnant de découvrir un chant féminin et franchement assuré, qui s’élève gracieusement au dessus des déchaînements orchestrés de "Volaverunt", sur ce post-rock tour à tour expérimental, sacré puis mécanique. Mystérieuse et puissante, la musique de Bank Myna possède un avantage irrésistible : cette voix dont l’apparente fragilité rivalise avec la pression de ce monolithe de cinq titres enchaînés qui composent un disque fascinant, encadré par l’interventions de cloches qui sonnent au début et à la fin, suggérant le passage d’un rite initiatique. Les intonations et le timbre de Maud Harribey font penser ici ou là à ceux de Lisa Gerrard, entrainés par une basse qui laboure tout sur son passage. Mariant avec audace dream pop, drone et post-rock expérimental, "Volaverunt" se révèle être un disque mystérieux et vraiment à part, d’une élégance et d’une puissance rares, pour lequel il fallait bien les efforts conjugués de cinq labels pour briller dans toute sa splendeur.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
Brazzier
"Lignes Futures"
DATES | Sorti le 10 novembre 2020 | Publié le jeudi 24 décembre 2020
POURQUOI | Pochette | Frigo | Solo | France
ET ALORS | Entre 2002 et 2009, Max Balquier officiait au chant et à la guitare au sein du trio Frigo dont l’EP "Téléportation" fut d’ailleurs chroniqué ici-même pour rendre compte de l’électro-rock exceptionnel du groupe breton. L’aventure s’arrêtera après deux albums, avant de revenir sous la formule allégée du duo en 2018 avec You Vicious!. Et voici qu’aujourd’hui installé à Rennes, le Quimpérois sort "Lignes Futures", son premier album solo publié sous un pseudonyme brûlant, malicieux clin d’oeil au Frigo des débuts. Exclusivement électronique, écrit en français, le disque se caractérise par une touchante sincérité que l’on doit à la précision des mots choisis pour rendre compte des introspections nocturnes du musicien. Grâce à cette écriture incroyablement authentique, aidé de boîtes à rythmes et de quelques synthés, le Breton donne vie à une série de titres éblouissants où se bousculent mauvais départs, fuite en avant, futur incertain, nous entrainant entre rêve et réalité au plus profond de nuits sans lune ni sommeil. Et cette remarquable justesse du vocabulaire nous autorise à nous demander si ces histoires ne réveillent pas en nous, telles des braises sur lesquelles il suffisait de souffler, des sentiments jusque là enfouis. Fascinant.
VOUS
LECTEURS
17.5
PRÉMO
16/20
Onoda
"Land/Islands"
DATES | Sorti le 9 octobre 2020 | Publié le jeudi 26 novembre 2020
POURQUOI | Pochette | Noise Pop | France
ET ALORS | Quelle claque ! "Land/Islands" est le tout premier album du groupe français Onoda, et pourtant, il fait déjà preuve d’une audacieuse maturité. Et de la maturité, il en aura fallu pour laisser ces cinq longs morceaux de six à dix minutes chacun progresser à un rythme tout autant serein que martial. Quitte à doubler le nombre de mesures afin d’atteindre un idéal sonique époustouflant soutenu par des boucles répétitives et emmené par une rythmique qui vrombit comme le moteur d’une mécanique qu’il faudrait sans cesse alimenter. Passées leurs intros inquiétantes et tendues, les chansons montent en puissance, mues par une batterie intraitable et des boucles qui tournent, retournent et permettent aux refrains de s’introduire dans la tête jusqu’à l’ivresse. On pense à une version noisy pop aux accents krautrock du "Data Mirage Tangram" des Young Gods, avec cette idée commune du travail sur le son au coeur même des compositions, pour un résultat extrêmement dense et d’une richesse incroyable. Une telle réussite n’arrive pas par accident : il y a forcément une sacrée dose de talent là-dessous.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
FILTRES | France | 16 | Bertrand Hamonou