Diamanda Galás : deux nouveaux albums, deux reprises de Jacques Brel

Diamanda Galás : deux nouveaux albums simultanés, deux reprises de Jacques Brel

Diamanda Galás : deux nouveaux albums, deux reprises de Jacques Brel

Deux nouveaux disques de Diamanda Galás sont sortis simultanément le 24 mars dernier sur le label Intravenal Sound Operations. "All The Way" reprend des standards traditionnels, blues et jazz et a été enregistré en partie en public à Paris, Copenhague et dans l'East Sussex (au sud de l'Angleterre), ainsi qu'en studio à San Diego, tandis que "At Saint Thomas the Apostle Harlem" est la captation d'une prestation de mai 2016 à l'église St. Thomas the Apostle church à Harlem à New York. C'est son premier album depuis "Guilty Guilty Guilty," en 2008.

"All The Way"
1 - All the Way
2 - You Don’t Know What Love Is
3 - The Thrill Is Gone
4 - Round Midnight
5 - O Death
6 - Pardon Me I’ve Got Someone to Kill

"At Saint Thomas the Apostle Harlem"
1. Verrà la morte e avrà i tuoi occhi / Text: Cesare Pavese Music: Diamanda Galás
2. Anoixe Petra / Text: Lefteris Papadopoulos Music: Mimmis Plessas
3. Angels / Music: Albert Ayler 
4. Die Stunde Kommt / Text: Ferdinand Freiligrath Music: Diamanda Galás
5. Fernand / Text: Jacques Brel Music: Gérard Jouannest
6. O Death / Traditional
7. Amsterdam / Text: Jacques Brel Music: Gérard Jouannest
8. Artemis / Text: Gérard de Nerval Music: Diamanda Galás

par Christophe Labussière

rédigé le lundi 03/04/2017 à 07:47

modifié à 12:07

Plus d'infos sur Diamanda Galás
2393
Diamanda Galás ce soir à Paris

aujourd'hui mardi 23 janvier

avec Fred Thébault

Boucher-couturier depuis 1990

Prémonition

réagissez à endirect@premo.fr

9h47 Bon je me lève et je crois bien que j'ai la crève, serait-ce parce que j'ai regardé "Contagion" de Soderbergh avant-hier ? Bigre de bigre, c'est peut-être mon dernier direct avant un clamsage brutal, alors il faut que je le peaufine. Avec Percolator et son album "Sestra" sorti il y a quelque semaines. C'est un groupe irlandais plutôt sympa, dont le credo hésite entre Stereolab et sa répétitivité un brin noise (je parle des premiers albums), et My Bloody Valentine, les grands gourous du XXe siècle de tous les groupes qui aiment les pédales d'effets. Bref cet album a un je ne sais quoi d'obsédant même si on ne hurle pas à une originalité sans pareille. Idéal avec un début de fièvre grippale de fin du monde.

Passez la Journée avec Fred Thébault... (mais personne ne vous y oblige !)

En direct !
  EN DIRECT AVEC Fred