& les Chroniques
Express
Rhys Fulber
"Brutal Nature"
DATES | Sorti le 26 novembre 2021 | Publié le mardi 01 février 2022
ET ALORS | Il n’est plus vraiment nécessaire de présenter Rhys Fulber, car même si le musicien ne publie des disques sous son propre nom que depuis à peine cinq ans, cela en fait plus de trente qu’il ré-invente le son de Front Line Assembly et de ses multiples side-projects album après album. Son projet solo Conjure One entre parenthèse depuis 2015, le Canadien a sorti fin novembre son troisième album solo d’industrial techno d’un genre forcément nouveau : "Brutal Nature". Un déménagement loin de L.A. et un studio réduit l'ont conduit à enregistrer un disque plus intime que ses deux précédents, plus varié et plus méditatif, hormis l’anxiogène dernier titre réalisé en compagnie de Sarah Taylor (Youth Code) qui vient perturber un voyage dont la dynamique semblait parfaite depuis le début du programme. Ce "Brutal Nature" dont le titre exprime très justement une dualité rare, que l’on peut d’ailleurs ressentir dans cette alternance de rythmiques façon coup-de-poing et de passages ambient à la chaleur communicative, est une oeuvre bien plus complexe qu’aucune autre, truffées d’excellentes surprises et dont la richesse est essentiellement due à un savoir-faire et une finesse d’exécution exceptionnels. Un très beau disque à ne surtout pas manquer.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
New Canyons
"Heavy Water"
DATES | Sorti le 30 avril 2021 | Publié le dimanche 07 novembre 2021
POURQUOI | Darkwave
ET ALORS | Il existe des disques auxquels notre adhésion est immédiate et "Heavy Water", le troisième album de New Canyons, fait partie de ceux-là, probablement parce que l’on y décèle une multitude de repères familiers à la première écoute, au moment même où des titres tels que "Post Nothing" et "Spirit 83" envahissent l’espace. Car le son qui est à la fois ample et plombé est fait de très belles guitares empruntées à la dream pop et à la shoegaze, d’une rythmique aux sonorités franchement indus, des synthés récupérés à la new wave et à la darkwave, d’une basse qui ronronne non-stop et qui maintient l’ensemble en l’empêchant de s’écrouler sous le poids de ses propres couches sonores. Avec un chant dont le timbre peut parfois rappeler celui d’Andy McCluskey d’OMD, les références sont multiples et proviennent de toutes les directions à la fois, et ce qui semblait évident au départ se révèle bien plus complexe qu’on ne l’imaginait. Aucun détail n’est laissé au hasard dans une production de cette qualité, où l’on apprécie particulièrement la sensation d’euphorie que procure l’enchainement des chansons façon montagnes russes : ça monte, ça accélère puis ça ralentit ; à peine terminé, on se prépare à y retourner. Une très belle réussite.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Dive
"Where Do We Go From Here?"
DATES | Sorti le 11 décembre 2020 | Publié le mercredi 31 mars 2021
POURQUOI | Dive | Dirk Ivens
ET ALORS | Si il y a un acteur de la scène électronique underground qui se distingue par sa constance dans l'excellence, c'est bien Dirk Ivens. Trente ans d'activisme sans faille aux commandes de formations cultes et radicales telles qu'Absolute Body Control, Klinik, ou Sonar, c'est cette fois derrière son alias Dive qu'il revient en ce début d'année. Sur la forme, rien de neuf, on reste en terrain connu, celui d'une électro industrielle minimaliste puissante et poisseuse ("Inside Your Head"), parfois plus dancefloor ("Leave Me Be"), mais toujours noire et anxiogène . À mi chemin entre les influences proto indus de The Klinik ("Facing the Moon") et la techno mentale et mécanique de Sonar, les titres s'enchaînent et l'effet "marteau pilon" fonctionne à plein. La production musclée et abrasive et le soin apporté aux ambiances ("Dark Place") instaurent un climat oppressant tout en rage contenue et prouvent une fois encore que Dirk Ivens, au contraire de beaucoup de formations électro indus de sa génération évite toujours soigneusement de tomber dans le cliché propre à cette scène et reste au-dessus de la mêlée. Cette virée nostalgique s'avère donc plutôt rafraichissante et salutaire en ces période de disette de dancefloor.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
17/20
Moaan Exis
"Postmodern Therapy"
DATES | Sorti le 25 juin 2019 | Publié le mardi 24 septembre 2019
ET ALORS | Annoncé en mai par l’hallucinante vidéo du titre "Witness" qui ouvre de manière inquiétante "Postmodern Therapy", le second album de Moaan Exis s’impose comme une véritable machine de guerre de techno industrielle et rituelle. C’est d’ailleurs le visage peinturluré de rouge pour l’un et de noir pour le second que Xavier Guionie et Mathieu Caudron délivrent ensemble une musique musclée, truffée de trouvailles sonores astucieuses et de parties rythmiques boostées que les deux Français ont d’ailleurs baptisées "drum battles" lors de leurs lives. Au travers de son imagerie tribale, l’entité Moaan Exis cultive les mystères qu’un tel nom évoque, mais qu’elle sait cependant partager le temps d’un titre avec Caitlin Stokes du groupe Corlyx, digne d’être initiée. La mixité du chant rappelle d’ailleurs KMFDM, eux aussi habitués des albums lancés à cent à l’heure. Reste que "Postmodern Therapy" propose derrière une imagerie unique le son d’un nouveau monde sauvage, mi-humain et mi-animal, où ça hurle dans le micro et ça tambourine sur les fûts pour un résultat électro tribal et bestial.
VOUS
LECTEURS
13
PRÉMO
14/20
Supersimmetria
"Abiogenesis"
DATES | Sorti le 26 avril 2019 | Publié le jeudi 08 août 2019
POURQUOI | Hands | Pochette
ET ALORS | En cinq albums, dont les trois derniers pour le compte du label Hands, Armando Alibrandi continue de parfaire son électro mystique quelque part entre Zero Degree et Kangding Ray, dans un registre d’ambient industrielle cadencée sur des rythmes techno paisibles. Inspiré entre autres par la physique et le mystère qui entoure la naissance des étoiles, le musicien nous livre cette fois sa réflexion sur la création de la vie à partir de matière inerte : l'abiogenèse. Et se pose du même coup en docteur Frankenstein mettant au monde une electronica suturée et bouillonnante. Et c’est peut-être là sa propre définition de l'abiogenèse : permettre à des machines de libérer l'esprit humain, d'y provoquer des émotions et d'y faire naître des images mentales au moyen de couches sonores brodées autour de rythmiques mécaniques et binaires.
VOUS
LECTEURS
14
PRÉMO
14/20
FILTRES | Industrial