Chroniques Express
Deserta
"Black Aura My Sun"
DATES | Sorti le 17 janvier 2020 | Publié le jeudi 30 janvier 2020
POURQUOI | Pochette | Dreampop | Shoegaze
ET ALORS | À dire vrai, nous ne l’avons pas découvert par hasard mais nous attendions bel et bien ce mystérieux "Black Aura My Sun" depuis qu’un titre nous avait mis sur sa piste à la fin de l’automne. La bio nous apprends aujourd'hui qu'il s’agit du tout premier album du nouveau projet shoegaze/dream pop de Matthew Doty, entre autres multi-instrumentiste au sein de Saxon Shore, dont les productions donnent plutôt dans le post rock. Et c’est en solo que le musicien a choisi d’emmener Deserta vers des contrées que nous connaissons bien, armé de mélodies ouatées, d’un chant murmuré, accompagné d’une boîte à rythmes volontairement typée aux motifs peu compliqués. Et c’est dans l’habillage sonore que tout va se jouer, puisque l’on croise au gré des chansons les guitares des Cocteau Twins, les tempêtes shoegaze de Slowdive ainsi que le "Saturdays = Youth" de M83 pour quelques titres, le tout dissimulé derrière les trouvailles de l’Américain. Et des trouvailles il y en a, comme ce riff de guitare un rien sadique sur "Hide" qui rappelle la roulette du dentiste. L’année démarre à peine que nous avons déjà un classique de 2020 entre les oreilles, à écouter sans aucune retenue d’autant que le disque comporte seulement sept titres.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Hatchie
"Keepsake"
DATES | Sorti le 21 juin 2019 | Publié le mercredi 26 juin 2019
POURQUOI | Hatchie | Shoegaze | Dreampop
ET ALORS | Après un rapide coup d'oeil à la pochette de son premier EP paru l'été dernier, on s'était dit qu’Hatchie avait tout de la chanteuse pour adolescentes. Seulement voilà : il a suffi d'une seule écoute des cinq chansons de "Sugar & Spice" pour qu'elles ne quittent plus jamais notre iPod. Mieux, nous attendions avec impatience son premier album qui sort un an plus tard, le jour de l'été 2019. Et la jeune Australienne confirme du même coup qu'elle a définitivement sa place dans Prémonition plutôt que dans "20 ans". Adoubée par Robin Guthrie lui-même via un remix de "Sure", elle s'impose toute seule comme les Cocteau Twins et le Lush nouvelle génération. C'est dire la dose de talent de la jeune Harriette Pilbeam : cette guitare, ce chant, ces mélodies ! C'est peut-être l'hiver chez elle, mais c'est ici l'été qui commence, et nous allons le passer avec ses merveilleuses chansons juvéniles dans la tête.
CONNEXE | Cocteau Twins | Lush
VOUS
LECTEURS
17
PRÉMO
16/20
Fawns of Love
"Permanent"
DATES | Sorti le 18 janvier 2019 | Publié le jeudi 21 février 2019
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | Une certaine vision des premières heures de Factory hantée par quelques fantômes shoegaze, voilà ce qui habite le deuxième album des Californiens de Fawns of Love. Les sonorités électroniques, synthétiques et rythmiques rappellent, dans le désordre, celles d'A Certain Ratio, Section 25, A.R. Kane, ou New Order, tandis que les guitares et leur réverb renvoient à Cure ("Horoscope"), New Order ("Permanent", "Mournful Eyes) ou Slowdive. Le chant n'est pas en reste lorsqu'il s'agit d'y voir des influences, la voix féminine, à la fois mélodique et atone, flotte dans un espace parallèle entre celles de Cocteau Twins et Blonde Redhead. Un assemblage de repères de très bon goût, qui offre un environnement très confortable et permet au disque de réussir l'improbable, offrir un résultat digeste, tant ce mélange d'influences est bien maîtrisé, rendant paradoxalement le résultat plutôt original.
VOUS
LECTEURS
13
PRÉMO
14/20
Penelope Trappes
"Penelope Two"
DATES | Sorti le 26 novembre 2018 | Publié le lundi 14 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Sonorités | Titre
ET ALORS | Moitié du duo londonien The Golden Filter, la chanteuse d'origine australienne nous offre après son premier essai "Penelope One", un second disque solo dont les compositions ressemblent à des berceuses un peu dérangées et exclusivement réservées aux adultes. La musicienne touche-à-tout a choisi un sound design à la beauté blafarde pour habiller ses visions qui s'inspirent clairement des Cocteau Twins période "Victorialand" et "The Moon and the Melodies", en version ralentie au maximum et qui auraient comme palette sonore les expérimentations ambient de This Mortal Coil. L’album donne alors l'impression de flotter entre deux états : conscient grâce aux pulsations, aux oiseaux et à l'orage enregistrés, tout en étant à la fois détaché, comme invité en qualité d’observateur privilégié dans le rêve de quelqu'un d'autre dont on ne partagerait ni les démons, ni les craintes. Superbe.
VOUS
LECTEURS
14
PRÉMO
14/20
FILTRES | Cocteau Twins