& les Chroniques
Express
Promenade Cinema
"Exit Guides"
DATES | Sorti le 20 mars 2020 | Publié le lundi 27 avril 2020
POURQUOI | Nom | Synthpop | Sheffield | Pochette
ET ALORS | Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Emma Barson et Dorian Cramm ont mis le paquet pour leur second album de cinedramatic synthpop comme ils aiment qualifier leur propre musique. Les ambiances qui se succèdent sont variées, alternant entre superproductions ("She’s an Art", "Nothing Nouveau") et réalisations plus solennelles et confidentielles ("After The Party, It’s Over"), pour un résultat d’une cohérence parfaite du début à la fin. L’atout majeur de ce duo venu de Sheffield est évidemment cette voix puissante que les synesthètes traduiraient probablement par une couleur flamboyante ; posé sur une électropop en gris foncé, le chant d’Emma insuffle le supplément de magie nécessaire aux machines pour donner vie à ces chansons que l’on devine toutes plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord. On y aime la richesse des compositions et des arrangements, sans oublier ce panache omniprésent qui rappelle d’autres formations contemporaines telles que Black Nail Cabaret ou Pocket Knife Army. S’il fallait vous convaincre par un seul titre, ce serait "Nothing Nouveau" qui résume à lui tout seul la force de frappe et l’amusante mixité linguistique d’un groupe que nous allons désormais suivre de près.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
PAAR
"Die Notwendigkeit der Notwendigkeit"
DATES | Sorti le 20 mars 2020 | Publié le jeudi 16 avril 2020
POURQUOI | Cold Wave | Pochette
ET ALORS | Il est des disques qui filent droit, sans détour ni fioritures et pour lesquels notre adhésion est immédiate. "Die Notwendigkeit der Notwendigkeit" qui se traduirait par "la nécessité du besoin", le premier album de PAAR, est de ceux-là. Ces trois jeunes gens bien inspirés originaires de Munich nous ravissent d'une coldwave qui présente des similitudes à trois décennies d'écart avec celle d’un autre groupe allemand, originaire de Hamburg celui-là : X-Mal Deutschland. Le chant avec ses syllabes traînantes n'est pas étranger à cette comparaison, et c’est d’ailleurs à une certaine mise à jour de la formule de leurs aînés que s’attaque PAAR, aidé en cela par une boîte à rythmes efficace et robuste qui ne ralentit jamais l’allure du début à la fin du disque. La magie qui opère nous en rappelle une autre, contemporaine cette fois : celle des Américains de Second Still avec cependant ici une partie électronique plus sautillante, laquelle rebondit en faisant le grand écart sur une basse et une guitare tellurique dont la palette sonore semble infinie. Nous avions bien besoin de réconfort en ces temps troublés, et l'on vous conseille de ne surtout pas passer à côté de cette jolie surprise qui, malgré son titre, regroupe huit pépites scandées exclusivement en anglais.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Tides From Nebula
"From Voodoo to Zen"
DATES | Sorti le 20 septembre 2019 | Publié le lundi 30 mars 2020
POURQUOI | Post-Rock | Pochette | Pologne
ET ALORS | Le rock instrumental des trois jeunes gens de Tides From Nebula a de quoi nous étonner et nous passionner : un jeu de guitare rageur, une section rythmique qui exécute des tonnes de motifs et des synthès aériens. La formule est diablement maitrisée et si elle était poussée au maximum, elle pourrait faire office de trait d’union entre le "WarMech" de Front Line Assembly et le "Myra" de Spurv. Ces musiciens originaires de Warsaw en Pologne jouent aujourd’hui dans la cour des grands en accordant une attention équivalente à leurs machines et leurs guitares, inventant une communication parmi deux mondes que l’on avait considérés jusqu’ici aussi hermétiques que peuvent l’être deux planètes d’un même système solaire, en permettant des échanges que l’on pensait impossibles voire contre-nature. "From Voodoo to Zen", leur cinquième album en dix ans revêt des allures de superproduction dans laquelle les machines et les guitares font match nul, et c’est bien là que réside la force de leurs compositions qui nous apparaissent alors comme une rafraichissante sortie de chemin sur l’autoroute souvent trop bien balisée du post-rock. Une sacrée réussite !
CONNEXE | Post-Rock | Pologne
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
14/20
2Kilos &More
"Exempt"
DATES | Sorti le 12 février 2020 | Publié le lundi 23 mars 2020
POURQUOI | Ant-Zen | Pochette | France
ET ALORS | C’est éclatés sur la pochette de leur déjà cinquième album studio qu’apparaissent Séverine Krouch et Hugues Villette : nous étions habitués à les voir de dos ou grimpés dans les arbres, cette fois il sont tout simplement démembrés ! À la première les guitares, au second les parties rythmiques, la composante électronique est quant à elle partagée afin de cimenter des compétences mixtes et complémentaires à l’origine de cet unique subtil dosage d’electronica et de post-rock instrumental que l’on retrouve du début à la fin d’"Exempt". Le duo français reçoit bien entendu une fois de plus la visite de l’ami poète américain Black Sifichi qui en profite pour commencer par s’allumer une cigarette en trois tours de molette de briquet. Il y a toujours cette économie dans la forme, celle qui donne aux compositions de 2Kilos &More leur aspect de matériau très brut et leur confère une part d’authenticité, lesquelles apparaissent dès lors à l’opposé des flamboyances de Meta Meat, l’autre duo que Hugues forme avec Phil Von. Et si aujourd’hui trois labels de qualité sont impliqués pour la sortie du CD, du LP et la diffusion de la version digitale, c’est que cette fois c’est la bonne, on vous le garantit.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Bedroom Eyes
"Nerves"
DATES | Sorti le 31 octobre 2019 | Publié le mercredi 26 février 2020
POURQUOI | Pochette | Shoegaze
ET ALORS | La pochette a elle seule aurait pu faire passer ce "Nerves" pour le disque de rock gothique qu’il n’est absolument pas. Les membres de Bedroom Eyes le définissent plutôt comme de l’heavy shoegaze, et l’on adhère bien volontiers à cette étiquette qui semble inventée pour qualifier le troisième album du groupe de Boston. On adore se laisser happer par cette brume sonore parfois indistincte, qui nous met dans le même état que lorsque l’on essaie de se rappeler un rêve sans y arriver complètement, dans lequel on se souviendra pourtant, par flashs, d’y avoir rencontré les guitares malmenées de My Bloody Valentine, le chant de Ride et la section rythmique d’Amusement Parks on Fire. Était-ce les uns après les autres ou plutôt tous ensemble ? Ce n’est plus très clair, mais peu importe : la fougue du quatuor fera le reste tout au long de ces douze titres bouillonnants et passionnés, guidés par un savoir faire peaufiné depuis le premier enregistrement de 2012 et indispensable à la réalisation d’une telle collection de chansons fiévreuses.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
13/20
Pray For Sound
"Waves"
DATES | Sorti le 8 novembre 2019 | Publié le mardi 11 février 2020
POURQUOI | Post-Rock | Pochette
ET ALORS | Le post-rock compte presque autant de ramifications, de sous-genres et de crossovers que de formations qui en jouent. Celui que propose Pray For Sound possède ses spécificités et son originalité, porté par une frappe ample et tout en rondeur au service d'une écriture qui rappelle avec surprise celle de la pop plutôt que celle habituellement plus saccadée du genre dans lequel sont classés ses disques. Avec ses refrains joués à la guitare et à fredonner en toute circonstance, le quatrième album instrumental du groupe américain originaire de Boston ne laisse que peu d'espace dans ses compositions, telle une pop rock suivant le schéma couplet-refrain sans chanteur ni chanteuse qui n'aurait pas sa place ici. Le son est à rapprocher de celui des jeunes prodiges belges Endless Dive plutôt que de celui, plus neurasthénique, de Mogwai. Plus pop que post, ce rock étiqueté avec maladresse s'est installé à la frontière entre deux mondes que l'on n'aurait guère osé rapprocher, et pourtant quelle réussite lorsqu'il est organisé par de jeunes gens si talentueux.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
14/20
Deserta
"Black Aura My Sun"
DATES | Sorti le 17 janvier 2020 | Publié le jeudi 30 janvier 2020
POURQUOI | Pochette | Dreampop | Shoegaze
ET ALORS | À dire vrai, nous ne l’avons pas découvert par hasard mais nous attendions bel et bien ce mystérieux "Black Aura My Sun" depuis qu’un titre nous avait mis sur sa piste à la fin de l’automne. La bio nous apprends aujourd'hui qu'il s’agit du tout premier album du nouveau projet shoegaze/dream pop de Matthew Doty, entre autres multi-instrumentiste au sein de Saxon Shore, dont les productions donnent plutôt dans le post rock. Et c’est en solo que le musicien a choisi d’emmener Deserta vers des contrées que nous connaissons bien, armé de mélodies ouatées, d’un chant murmuré, accompagné d’une boîte à rythmes volontairement typée aux motifs peu compliqués. Et c’est dans l’habillage sonore que tout va se jouer, puisque l’on croise au gré des chansons les guitares des Cocteau Twins, les tempêtes shoegaze de Slowdive ainsi que le "Saturdays = Youth" de M83 pour quelques titres, le tout dissimulé derrière les trouvailles de l’Américain. Et des trouvailles il y en a, comme ce riff de guitare un rien sadique sur "Hide" qui rappelle la roulette du dentiste. L’année démarre à peine que nous avons déjà un classique de 2020 entre les oreilles, à écouter sans aucune retenue d’autant que le disque comporte seulement sept titres.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
The Legendary Pink Dots
"Angel in the Detail"
DATES | Sorti le 23 août 2019 | Publié le vendredi 27 décembre 2019
ET ALORS | Deux années auront été nécessaires à la réalisation du nouvel album des Legendary Pink Dots dont on a définitivement arrêté de compter les productions. Extrêmement aérien, comme composé la tête dans les nuages et le regard volontairement ailleurs, le son d’"Angel in the Detail" ne souffre d'aucune surcharge : les cordes d'une guitare sont tout juste caressées sur "Happy Birthday Mr. President", où nous sommes aussi loin que possible de celles, tranchantes, de "Nemesis Online". Ne cherchez pas le successeur de "Maria Dimension", de "Any Day Now", ni des "Shadow Weaver" avec ce nouveau disque qui s’inscrit dans la continuité des récents "Pages of Aquarius" et autres "Five Days" : le propre du chef-d’œuvre reste évidemment sa rareté. Et si vous devez rester sur votre faim pour cause de déjà-vu, sachez que quarante-deux (!) titres supplémentaires sont disponibles ici, et qu'un très bel album solo d'Edward Ka-Spel intitulé "The Moon Cracked Over Albion" est sorti simultanément. Car s’il y a bien une constante tout au long de ces quarante années d’activité, c’est bien la quantité des productions enregistrées par ce groupe hors du commun auquel il faudrait un jour consacrer une encyclopédie complète afin d’y retracer les vies multiples.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
11/20
Numb
"Mortal Geometry"
DATES | Sorti le 23 août 2019 | Publié le jeudi 19 décembre 2019
POURQUOI | Numb | Metropolis | Pochette
ET ALORS | A vrai dire, nous n’y avons pas cru tout de suite : le retour annoncé de Numb après vingt ans d’absence -soit ni plus ni moins qu’une génération- nous semblait tellement improbable car nous savions Don Gordon parti s’installer au Vietnam au début des années 2000 pour ce qui ressemblait à un nouveau départ en famille. Improbable mais pas impossible, donc, puisqu’un premier extrait, "Redact", rapidement dévoilé au début de l’été a transformé la surprise en impatience. Et les premières impressions se sont vite confirmées : par chance, "Mortal Geometry" ne reprend pas les affaires où elles s’étaient brusquement arrêtées en 1998, le groupe ayant profité de cet exil pour se débarrasser de la composante technoïde mal à propos de "Blood Meridian". Moins chargées et plus lisibles, ces nouvelles compositions renouent avec une façon de procéder proche de celle des débuts : en ligne droite sans dispersion, mais avec la technologie du vingt-et-unième siècle en plus. Et tradition oblige, les morceaux les plus expérimentaux tels que "Mortal Geometry" et "Shadow Play" sont conservés pour la fin. Quel retour !
VOUS
LECTEURS
14
PRÉMO
15/20
Hiro Kone
"A Fossil Begins To Bray"
DATES | Sorti le 8 novembre 2019 | Publié le mercredi 11 décembre 2019
POURQUOI | Hiro Kone | Pochette
ET ALORS | Sur son troisième album, Nicky Mao aka Hiro Kone nous force à la concentration et nous invite à une démonstration de sa maîtrise des séquences rythmiques complexes au cœur de structures électroniques soignées. Coiffez un casque, fermez les yeux et laissez ces morceaux vous envahir tant ils semblent provenir de l’intérieur, s’appliquant à traduire à merveille le prolongement d’une observation, d’une angoisse, d’un doute, d’une décharge d’adrénaline. Impossible de se laisser distraire de cette profusion de sons d’un bout à l’autre du disque, l’Américaine nous offrant un habillage sonore de premier choix, d'une ingéniosité et d’une richesse rares. Il s’agit là d'une besogne digne de celle d’une colonie de fourmis digitales, allant et venant selon les aspérités d'un terrain cabossé par des rythmes façon coup de poing, et qui permettent à "A Fossil Begins To Bray" de se démarquer instantanément d'une production IDM trop souvent anesthésiée.
VOUS
LECTEURS
16.5
PRÉMO
15/20