& les Chroniques
Express
Schrödinger
"Last Days on Earth"
DATES | Sorti le 31 octobre 2020 | Publié le jeudi 03 décembre 2020
POURQUOI | Nom | Mexique
ET ALORS | Réaliser une cartographie mondiale de la scène post-punk actuelle mettrait en avant des zones géographiques qui, en 2020, seraient bien différentes de ce qu'elles étaient dans les années 1980. C'est dorénavant à Vinius, Moscou, Boston, Los Angeles ou Mexico que des scènes émergent et que le son se sculpte et non plus à Leeds, Manchester, Nice ou Paris. Et cette toute jeune génération puise sans gêne dans l'espace et le temps sans tenir compte des frontières ni de l'importance qu'ont pu avoir, qu'ont, ces groupes qui font l'essentiel de leurs références. Schrödinger et son album "Last Days on Earth" sont un exemple de plus de la façon dont les choses s'entremêlent entre passé, présent, et les différentes régions du globe. Le groupe, de Mexico, a signé pour son premier album sur le label Suisse Swiss Dark Nights et offre avec ce disque une immersion déroutante dans la touching pop comme seule la France a été capable de produire en son temps. Si Little Nemo s'était installé au Mexique il y a 30 ans, c'est peut-être de cette façon qu'il sonnerait aujourd'hui : rafraîchi, brillant, assuré, assumé, mélodique et intemporel, parce que ce ne sont pas les fantômes de Little Nemo que l'on voit planer ici mais tout simplement leurs doubles.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
13/20
Echoberyl
"Apparition"
DATES | Sorti le 27 juillet 2019 | Publié le mercredi 18 septembre 2019
POURQUOI | Pochette | Paris
ET ALORS | C'est un exercice assez périlleux auquel se sont prêtés Cecilia Dassonneville et Adriano Iacoangeli avec leur projet Echoberyl. La première, parisienne, et le second, romain d'origine, que l'on connait pour son autre projet Polyverso qu'il partage avec Ari Todero, auteure des textes d'e cet album, expérimentent en effet une synthpop totalement décomplexée qui allie sans gêne des sonorités synthétiques "classiques" à des guitares plus inattendues. Et le mélange prend sacrément bien ! Avec les premières notes de "Dark Embrace Me" c'est New Order qui déboule en trombe, tandis qu'un peu plus loin c'est Cure qui s'invite sur "Rectangle" ou encore sur "Salt on Scars"… . Quant à la voix de Cécilia, elle n'est pas en reste pour nous séduire avec son phrasé atone qui pourrait rendre jalouse Léti de Celluloide, comme un compromis malin entre la pop française des années 60 et une synthpop froide, parfois empruntée, voire habitée, mais surtout diablement bien foutue. Parce que c'est dans cette cour-là qu'Echoberyl joue, celle des défricheurs qui parviennent encore et encore à renouveler un domaine qui n'en finira jamais de nous toucher.
VOUS
LECTEURS
13.75
PRÉMO
16/20
Polyverso
"Antagonista (Disobey)"
DATES | Sorti le 26 janvier 2019 | Publié le lundi 11 février 2019
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | On peut tenter de suivre des recettes connues, en reprendre les ingrédients, choisir "la" bonne bibliothèque de la boîte à rythme, ses claps éprouvés, décliner "le" gimmick de basse entêtant et s'amuser avec "la" reverb sur la voix, rien ne garantira que le résultat sera une réussite. Polyverso et son premier album "Antagonista" en sont l'illustration. Tout est là, mais tout semble avoir été rapidement disposé, sans passion, sans âme, on croit entrer dans un dépôt-vente foutraque où auraient été abandonnés des jouets à moitié cassés, contrefaçon grossière qu’aucun enfant n’aurait vraiment utilisé avant. La new wave de Polyvero est frelatée, la voix trop maniérée ("Denial"), les compositions sans cohérence ("Antagonista" est insensé). Si l’on est aussi dur, c’est que l’on sait que dans ce domaine d’autres savent faire preuve de talent, peut-être pas toujours avec la plus grande originalité, mais avec application.
CONNEXE | New Wave
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
7/20
FILTRES | SwissDarkNights