& les Chroniques
Express
Hackedepicciotto
"The Silver Threshold"
DATES | Sorti le 12 novembre 2021 | Publié le lundi 21 février 2022
ET ALORS | "The Silver Threshold" est le quatrième album de Danielle de Picciotto et d’Alexander Hacke, le bassiste et pilier d’Einstürzende Neubauten. Commencé en 2017, le projet officiel du couple mêle habilement les spoken words et le violon de l’artiste américaine, au jeu de basse et aux expérimentations noisy de son partenaire allemand. Et la somme de leurs talents réunis va bien évidemment au delà de cette simple et triviale addition, le savoir-faire résultant confinant à la magie. Car c’est bien un univers parallèle, magique et intemporel que nous visitons en franchissant ce seuil d’argent, passage obligé pour un voyage dans des mondes habités et hantés. Danielle de Picciotto y récite ce qui ressemble à des formules invoquant des sorts provenant de quelqu'antiques grimoires, et voilà que des ritournelles médiévales interprétées à la vielle se retrouvent tout à coup propulsées en pleine ère industrielle. Le seuil qui donne son nom au disque semble connecter différents endroits et différentes époques, comme cette "Ouverture" qui fait cohabiter une scène bucolique et des hauts-fourneaux, ou encore les bourrasques d’"Evermore" qui enchainent avec le râle tellurique de "Babel". Un disque enivrant, troublant et sacrément envoûtant.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
14/20
Laibach
"The Sound Of Music"
DATES | Sorti le 23 novembre 2018 | Publié le mardi 26 mars 2019
ET ALORS | Invité à se produire à Pyongyang en Corée du Nord en 2015, Laibach découvre que "The Sound Of Music" ("La Mélodie du bonheur"), la comédie musicale signée en 1965 par le réalisateur humaniste Robert Wise ("West Side Story", "La canonnière du Yang Tsé"), y est très appréciée. Le collectif décide alors d'adapter ce qu’il estime être sa source d’inspiration fondamentale. Car les analogies entre le film faussement naïf et l’œuvre des Slovènes sont nombreuses ; à commencer par l’art de dépeindre l’autoritarisme sous des dehors pop. Dans ce remaniement, les arrangements orchestraux somptueux, en mode mineur, évoquent parfois Goldfrapp ou Samuel Barber mâtiné d’électronique kraftwerkienne ; vocoder et lignes de basses moog oblige. Le livret et ses illustrations détournant l’esthétique réalisme socialiste et l’iconographie montagnarde est à mourir de rire. Du grand Laibach en marche.
VOUS
LECTEURS
19
PRÉMO
19/20
FILTRES | Mute