& les Chroniques
Express
Betsch
"La Traversée"
DATES | Sorti le 24 avril 2020 | Publié le vendredi 06 novembre 2020
ET ALORS | Est-ce qu’on peut être ému, sincèrement, par les histoires que raconte un autre ? Est-ce qu’on peut être touché, profondément, par des mots, comme lorsqu'ado nous écoutions dans l'obscurité "Pornography" de The Cure, "A New Form of Beauty" de Virgin Prunes ou "Low Life" de New Order ? Bertrand Betsch nous démontre avec son nouvel album, "La Traversée", que cette possibilité de transmission perdure, quel que soit notre âge, quelle que soit notre vie, que l'artiste peut à partir de quelques mots, à partir d’une "simple" chanson entrer en résonance avec nous et notre propre histoire. "On n’est pas toujours gentil, on est parfois mauvais garçon" ("À la Nage"), "C’est un regard c’est un baiser, à la dérobée, c’est presque rien, mais ça fait du bien", ("À la dérobée"), "À la fin, il y a toujours un matin, à la fin ce qu’on est, on le devient" ("À la fin") ou encore "Et même si l’on meurt, après bien des malheurs, on aura eu du bonheur" ("Le Bonheur"). Comme La Variété en son temps, Erik Arnaud, Mendelson ou Daniel Darc, comme tous ces poètes sagement tapis dans l’ombre de Dominique A, Bertrand Betsch sublime la mélancolie, la tristesse… la vie.
VOUS
LECTEURS
17
PRÉMO
18/20
Korine
"The Night We Raise"
DATES | Sorti le 4 septembre 2020 | Publié le mercredi 28 octobre 2020
POURQUOI | Le nom
ET ALORS | Ce qui a toujours été un peu dérangeant avec la synth-pop, ce sont ces voix de poseurs et leurs ballades souvent un peu pesantes ; ce qui distingue la musique pour dancefloor de la nôtre, c’est son manque d’humanité ; ce qui nous met mal à l’aise avec la new wave de 2020, c’est son absence d’originalité ; ce qui nous lasse avec les jeunes formations électroniques, c’est la monotonie de leurs productions. Mais ce qui nous fait adorer Korine et son second album "The Night We Raise" c’est que le disque de ce duo de Philadelphie est à la fois sans prétention et d’une intelligence époustouflante. Huit titres, pour trente-deux minutes, d’une synth-pop, aux accents new wave, orientée pour les dancefloors. Mais d’une variété, d’une originalité et d’une humanité sans faille. On est ému par la profondeur et la richesse de cette production que l’on peut écouter en boucle sans jamais se lasser. Un bijou d’une insolence inouïe.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
18/20
Roseland
"To Save What is Left"
DATES | Sorti le 27 mars 2020 | Publié le jeudi 14 mai 2020
POURQUOI | Pochette | Nom
ET ALORS | S’il y a une chose qui est sûre, c’est qu’il n’est pas aisé de parler de "To Save What is Left", le premier album de Roseland. Mais si l’on a une autre certitude, c’est qu'en revanche, écouter ce disque s’avère être d’une facilité incroyable. Parce qu’il parvient à nous raconter une histoire, une multitude d’histoires, avec ses moment d’émotions, de drama, de tristesse ou de bonheur, autant d’instants qui s’enchaînent et nous parlent comme s’ils avaient été écrits pour nous. On oscille entre des ambiances graves ("Old"), plus douces ("The Window", "Faster than You", "Tu n’arrêtes pas"), souvent plus puissantes ("Rev"), parfois vertigineuses ("Those Fairytales"), découvrant des compositions qui flirtent parfois avec l’électronica tant elles sont soignées, souvent avec l’heavenly tant la voix d’Émeline Marceau est tout simplement magnifique, et, lorsque la basse et guitares prennent le pas sur l’ensemble ("Delta", “Too Much") et que le ton fait mine de se durcir, c’est dans des contrées plus shoegaze que l’on est entraîné. Ce disque est d’une densité musicale et émotionnelle sidérante tant le résultat est complet, cohérent, foncièrement humain et, extrêmement homogène. Une pure pépite.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
18/20
Пиета
"Гласность"
DATES | Sorti le 14 mars 2019 | Publié le jeudi 11 juillet 2019
POURQUOI | Pochette | Moscou
ET ALORS | Il suffit de quelques secondes pour comprendre que ce disque n’est pas une énième curiosité new wave électronique en provenance d’une lointaine contrée qui se réveillerait musicalement avec 20 ans de retard, parce que l’on réalise très vite que l’on a affaire à une production robuste et émancipée de toute référence grossière. Tout d’abord le chant, en russe, et la voix de Alina Vaulina, difficile d’y résister. D’autant qu’elle bénéficie d’une assise assez spectaculaires : des sons de synthés hypnotisants, une basse, des claps de boîte à rythmes fascinants, autant d’éléments judicieusement utilisées, et parfaitement équilibrés. On sent ici et là de jolies influences, mais elles sont parfaitement digérées et laissent la place à toutes l’inventivité du duo. On pense à Boy Harsher, mais pas à grand chose d’autres, parce que, pour une fois dans cette rubrique, on a surtout l’impression d’être en 2019.
VOUS
LECTEURS
15.5
PRÉMO
18/20
Poptone
"Poptone"
DATES | Sorti le 18 juin 2018 | Publié le lundi 11 mars 2019
ET ALORS | C'est toujours à Peter Murphy que l'on pense lorsqu'on évoque Bauhaus, pourtant Daniel Ash a été un acteur majeur de l'histoire du groupe. Lorsqu'ils se séparent en 1983, le premier lance Dalis Car avec Mick Karn de Japan, tandis que le second reprend avec Kevin Haskins le projet Tones of Tail qu'il avait démarré un an auparavant. Trois EP, un album, une poignée de singles ( "Lions", "Go!", "Christian Says", "Performance"), des compositions étonnantes dans leur réalisation, synthétiques, fines, pop, extrêmement bien ciselées. Fin 1984, le projet s'arrête et, rejoints par David J., Haskins et Ash forment Love & Rockets qui publiera sept albums jusqu'en 1998. En 2018, les trois ex-Bauhaus réenregistent live en studio, soutenus à la basse par Diva Dompé, la fille de Kevin Haskins, 12 de leurs titres, rappelant ainsi que leurs productions visionnaires nées il y a 35 ans n'ont pas pris une ride.
VOUS
LECTEURS
14
PRÉMO
18/20