Chroniques Express
Shopping
"All or Nothing"
DATES | Sorti le 7 février 2020 | Publié le lundi 02 mars 2020
POURQUOI | Nom | Pochette
ET ALORS | Une guitare discrète, une basse slappée, dansante et omniprésente, quelques notes de synthés, beaucoup d'espace, un chant féminin et masculin alterné qui fait parfois penser aux B 52's, inutile de vous faire un dessin : on est en plein dance-punk, ce mouvement né de la no-wave et du post-punk au début des années 80, où l'on croise les fantômes de Gang Of Four, Erase Errata, Bush Tetras, Radio 4 ou ESG. Ici, ça claque, ça pulse, ça obtient un succès fou sur les pistes de danse, et en même temps l’ensemble reste froid et hargneux, ce qui comble prafaitement les rebelles coriaces que nous sommes. Un petit disque foutrement efficace qui ravira autant votre âme que votre corps, et est l’occasion de rendre un bel hommage a Andy Gill, le guitariste de Gang Of four, disparu il y a quelques jours.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
Celluloide
"Futur Antérieur"
DATES | Sorti le 24 janvier 2020 | Publié le mercredi 05 février 2020
ET ALORS | Il nous aura fallu patienter cinq années pour découvrir la suite d’ "Art Plastique", le précédent véritable album du groupe électronique le plus câblé de l’hexagone. Et quelle suite ! Sous sa pochette minimaliste et immaculée, l'objectif de "Futur Antérieur" sera atteint dès la première écoute, à savoir nous fournir un nouveau lot de titres accrocheurs, franchement malins et bourrés de détails à l’attention des plus attentifs. "Quelque Chose S'Efface", "La Cité des Aveugles", "Ta Main Se Glace" pour n'en citer que trois dont le potentiel évident aura fait mouche du premier coup, soit autant de nouveaux tubes à rajouter à une discographie déjà riche en pépites électroniques et analogiques. En plaçant toujours avec justesse ses bips et bleeps clignotants et multicolores associés au chant faussement détaché de Darkleti, le trio marseillais n’aura eu de cesse de fabriquer ces riches chansons au grand coeur pop et aux mélodies gourmandes, pleines de malice. On vous aura prévenus.
VOUS
LECTEURS
13
PRÉMO
16/20
Skemer
"Benevolence"
DATES | Sorti le 25 octobre 2019 | Publié le jeudi 16 janvier 2020
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | Il y a un charme fou dans le chant de Kim Peers. Et il y a une ambiance incroyablement intrigante dans les compositions de Mathieu Vandekerckhove. Lorsque l’un fait grincer ses guitares et marteler la rythmique, l’autre ensorcelle avec sa voix lancinante. La formation, originaire de Gand en Belgique, parvient avec son premier album à créer quelque chose d’assez inédit, comme une ambiance un brin malaisante mais qui se veut en même temps cotonneuse, rassurante, à la fois violente mais toute en retenue. Il n’est ici qu’histoire d’équilibre, de subtilité, de dosage, 7 titres comme 7 nuances de rouge d'un disque étonnamment mature pour un premier album. L’écoute de "Benevolence" se transforme immédiatement en une véritable immersion et devient rapidement génératrice d’images et d’ambiances, intense, comme une longue cinématique sur laquelle on n'aurait aucun contrôle. L’une est modèle (Yves Saint Laurent, Louis Vuitton, Vogue...), l’autre était guitariste d’une formation de doom métal (Amenra) ; Skemer est le fruit de leur rencontre, sordide et sentimentale. On adore.
VOUS
LECTEURS
15
PRÉMO
16/20
Echoberyl
"Apparition"
DATES | Sorti le 27 juillet 2019 | Publié le mercredi 18 septembre 2019
POURQUOI | Pochette | Paris
ET ALORS | C'est un exercice assez périlleux auquel se sont prêtés Cecilia Dassonneville et Adriano Iacoangeli avec leur projet Echoberyl. La première, parisienne, et le second, romain d'origine, que l'on connait pour son autre projet Polyverso qu'il partage avec Ari Todero, auteure des textes d'e cet album, expérimentent en effet une synthpop totalement décomplexée qui allie sans gêne des sonorités synthétiques "classiques" à des guitares plus inattendues. Et le mélange prend sacrément bien ! Avec les premières notes de "Dark Embrace Me" c'est New Order qui déboule en trombe, tandis qu'un peu plus loin c'est Cure qui s'invite sur "Rectangle" ou encore sur "Salt on Scars"… . Quant à la voix de Cécilia, elle n'est pas en reste pour nous séduire avec son phrasé atone qui pourrait rendre jalouse Léti de Celluloide, comme un compromis malin entre la pop française des années 60 et une synthpop froide, parfois empruntée, voire habitée, mais surtout diablement bien foutue. Parce que c'est dans cette cour-là qu'Echoberyl joue, celle des défricheurs qui parviennent encore et encore à renouveler un domaine qui n'en finira jamais de nous toucher.
VOUS
LECTEURS
13.75
PRÉMO
16/20
Elz and the Cult
"Psychrodrama"
DATES | Sorti le 1er mars 2019 | Publié le mardi 30 juillet 2019
POURQUOI | Turquie | Pochette | Nom
ET ALORS | Il va falloir arrêter de s’étonner de l’origine géographique d’un artiste ; on voit chaque semaine se dévoiler de toutes les régions du monde de nouveaux talents, plus ou moins originaux, mais toujours passionnés. Elz and the Cult est un trio originaire d’Istanbul et offre avec son second album "Psychodrama" un disque étonnant parce que particulièrement riche et intense. Une rythmique assez robuste, des synthés omniprésents, un chant addictif, parfois en turc, assez vindicatif et souvent touchant, l’ensemble offre une multitude de repères entre new wave, dark wave, électronique et post punk, et sème le trouble en nous balançant sans manière entre le "Pretty Hate Machine" de Nine Inch Nails et des ambiances plus proches de Human League. Et ça, paradoxalement, d’une façon particulièrement homogène. Un condensé de très belles choses qui fait preuve d’une maturité étonnante.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
Hatchie
"Keepsake"
DATES | Sorti le 21 juin 2019 | Publié le mercredi 26 juin 2019
POURQUOI | Hatchie | Shoegaze | Dreampop
ET ALORS | Après un rapide coup d'oeil à la pochette de son premier EP paru l'été dernier, on s'était dit qu’Hatchie avait tout de la chanteuse pour adolescentes. Seulement voilà : il a suffi d'une seule écoute des cinq chansons de "Sugar & Spice" pour qu'elles ne quittent plus jamais notre iPod. Mieux, nous attendions avec impatience son premier album qui sort un an plus tard, le jour de l'été 2019. Et la jeune Australienne confirme du même coup qu'elle a définitivement sa place dans Prémonition plutôt que dans "20 ans". Adoubée par Robin Guthrie lui-même via un remix de "Sure", elle s'impose toute seule comme les Cocteau Twins et le Lush nouvelle génération. C'est dire la dose de talent de la jeune Harriette Pilbeam : cette guitare, ce chant, ces mélodies ! C'est peut-être l'hiver chez elle, mais c'est ici l'été qui commence, et nous allons le passer avec ses merveilleuses chansons juvéniles dans la tête.
CONNEXE | Cocteau Twins | Lush
VOUS
LECTEURS
17
PRÉMO
16/20
The Foreign Resort
"Outnumbered"
DATES | Sorti le 5 avril 2019 | Publié le vendredi 14 juin 2019
POURQUOI | Danemark | Artoffact
ET ALORS | Il y a des disques qui ne laissent que peu de repos pour souffler entre les chansons. C’est le cas de cet "Outnumbered" lancé à deux cents à l’heure qui s’impose d’emblée comme une référence du genre auquel il appartient. Il y a quelques cinq années, le label Artoffact avait réussi à imposer le parfait crossover entre rock et électronique grâce à l’album "Fearless" des Islandais de Legend, et voici qu’il remet ça avec la new wave volontairement rugueuse de The Foreign Resort. Avec la voix très pêchue de son chanteur Mikkel Borbjerg Jacobsen, sa basse grosse comme ça, ses sons de synthés que New Order auraient certainement aimé posséder à l'époque de "Movement", et ses guitares tour à tour tranchantes et hurlantes comme des bêtes enragées, le disque est d’une puissance et une telle réussite que vous ne pouvez pas vous permettre de passer à côté ce printemps.
VOUS
LECTEURS
16
PRÉMO
16/20
Minuit Machine
"Infrarouge"
DATES | Sorti le 16 mai 2019 | Publié le jeudi 13 juin 2019
POURQUOI | Hante.
ET ALORS | Une voix un brin arrogante, des sonorités 80's un peu faciles (synthés, boîte à rythme), des mélodies paresseuses, le nouvel album de Minuit Machine avait de premier abord tout pour nous décourager. Mais l’arrogance et l'apparente nonchalance se révèlent rapidement être la force de ces compositions, voire la clef de voûte de ce disque au final assez fascinant. On se prend très vite à adorer ce phrasé désinvolte et ces mélodies au final plutôt vicieuses, renforcées par des textes intrigants. Hélène de Thoury, dont on a déjà parlé ici pour son projet Hante., et Amandine Stioui ont du chien et elles offrent avec leur troisième album, incontestablement le plus réussi, un disque terriblement attachant au croisement de la synthpop et de la new wave, à la fois subtilement mélancolique et parfaitement calibré pour le dance floor.
CONNEXE | New Wave | Synthpop
VOUS
LECTEURS
13.67
PRÉMO
16/20
Star Horse
"You Said Forever"
DATES | Sorti le 15 février 2019 | Publié le jeudi 25 avril 2019
POURQUOI | Suède | Pochette
ET ALORS | C'est très tôt que l'on apprend aux enfants les vertus de l'ennui. Parce que ce moment particulier n'est pas une punition mais une sorte de privilège. S'ennuyer permet de prendre son temps, profiter de l'instant en laissant son esprit vagabonder. Le shoegaze c'est un peu cet état-là, celui qui permet à des guitares lumineuses et des voix vaporeuses de nous entraîner dans des contrées où l'on aime s'égarer. Star Horse est une formation suédoise qui a toutes les clefs pour recréer ces ambiances délicieuses. Maja et Andreas alternent au chant pour une succession de moments magnifiques, comme leur "All the Pieces" qui rappelle le "Holocaust" de This Mortal Coil, l'attachant "Pickle Plum" et ses choeurs enfantins ou encore l'instrumental "Albatross". Le groupe aurait trouvé avec aisance sa place il y a 20 ans, au premier plan d'une scène qui aujourd'hui n'en finit plus de nous… "ennuyer".
CONNEXE | Shoegaze
VOUS
LECTEURS
16.5
PRÉMO
16/20
Manon Meurt
"MMXVIII"
DATES | Sorti le 12 octobre 2018 | Publié le mercredi 10 avril 2019
ET ALORS | Qu’est-ce qui a pu pousser un groupe formé en République Tchèque à choisir de s’appeler Manon Meurt ? Nous avons préféré ne pas lever le mystère qui participe à la gravité et à la solennité de ces compositions qui nous renvoient aux Sundays, My Bloody Valentine et Slowdive, et au chant fragile et plus contemporain de Daughter. Ces chansons, d’une beauté et d'une clarté apaisantes, trouvent le juste équilibre entre une voix féminine gracieuce et des guitares qui hurlent comme des sirènes, empruntant tout aussi bien au post-rock qu'au shoegaze. Un chant que le poids des mots semble oppresser, jusqu'à ce que le souffle de cette voix unique les oblige à s'envoler lentement au rythme d'une batterie qui, patiente, frappe à l'économie, à l'instar de celle des Red House Painters. Le disque est à peine terminé que l’on sait au fond qu'il nous accompagnera sans l'ombre d'un doute encore longtemps.
VOUS
LECTEURS
16
PRÉMO
16/20
FILTRES | 16
PAGE | Suivante