L'essentiel

Chroniques Express
Chroniques Express
Poptone
"Poptone"
[Cleopatra Records]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 18 juin 2018 |Chroniqué le 11 mars 2019
POURQUOI | Daniel Dash | Bauhaus | Love & Rockets | Tones on Tail
ET ALORS | C'est toujours à Peter Murphy que l'on pense lorsqu'on évoque Bauhaus, pourtant Daniel Ash a été un acteur majeur de l'histoire du groupe. Lorsqu'ils se séparent en 1983, le premier lance Dalis Car avec Mick Karn de Japan, tandis que le second reprend avec Kevin Haskins le projet Tones of Tail qu'il avait démarré un an auparavant. Trois EP, un album, une poignée de singles ( "Lions", "Go!", "Christian Says", "Performance"), des compositions étonnantes dans leur réalisation, synthétiques, fines, pop, extrêmement bien ciselées. Fin 1984, le projet s'arrête et, rejoints par David J., Haskins et Ash forment Love & Rockets qui publiera sept albums jusqu'en 1998. En 2018, les trois ex-Bauhaus réenregistent live en studio, soutenus à la basse par Diva Dompé, la fille de Kevin Haskins, 12 de leurs titres, rappelant ainsi que leurs productions visionnaires nées il y a 35 ans n'ont pas pris une ride.
CONNEXE | Daniel Dash | Bauhaus | Love & Rockets | Tones on Tail
18/20
Phil Von
"Made Underclouds"
[Ant-Zen]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 2 février 2019 |Chroniqué le 19 mars 2019
POURQUOI | Phil Von | Ant-Zen | Crowdfunding
ET ALORS | Spécialement composé pour la compagnie de danse itinérante Underclouds par l'artisan du son Phil Von, "Made Underclouds" propose une musique onirique et instrumentale, au détour de laquelle, pour un titre chacun, l'on croise Meta Meat et Mimetic. Le son y est ample, chaud, profond et riche, plein de poésie, de caresses d'instruments traditionnels, de finesse et de détails électroniques qui retranscrivent à la perfection ces pas de danse fragiles et ces gestes gracieux réalisés sur le fil du Funambus de Chloé Moura et de sa troupe. Pour celles et ceux qui ont choisi de soutenir le projet via la campagne de crowdfunding pour en obtenir une version CD, le programme est double grâce à "Funambus", un second album exclusif de Phil Von livré dans la même pochette, tout aussi touchant de sincérité.
CONNEXE | Von Magnet | Mimetic | Norscq | Meta Meat
15/20
Glaring
"L'enfer c'est les autres"
[Squall Recordings]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 12 février 2019 |Chroniqué le 20 mars 2019
POURQUOI | Titre | Pochette
ET ALORS | Que d'esprits dans cet étrange disque. Tout d'abord celui d'Anna Nin et sa voix fantômatique qui plane au-dessus de la majeure partie des titres, évanescente, éthérée, son souffle habille avec subtilité ces compositions sombres, tout en synthés et en basses. On est immédiatement happés par cette ambiance en apparence lourde mais pourtant assez raffinée, sorte d'apnée délicieuse où l'air manque mais la proximité de l'étourdissement est attirante. Avec "Drifting Away", les fantômes sont ceux de The Cure avec ces percussions qui rappellent "Carnage Visors". D'ailleurs ici tout est gris, ce gris que l'on connait si bien et qui à amené Anna à reprendre Sartre pour le titre de ce deuxième album de son projet qu'elle mène en solo, illustrant ainsi son état lors de l'écriture du disque "Pretty hopeless, disappointed, alone…". Si son mal-être fait autant notre plaisir, on ne peut que lui souhaiter le pire.
CONNEXE | Cold Wave | The Cure
15/20
LANE
"A Shiny Day"
[Nineteen Something]
par Frédéric Thébault
DATES | Sorti le 8 mars 2019 |Chroniqué le 18 mars 2019
POURQUOI | Les Thugs
ET ALORS | Forcément, quand on a été marqué à vie (et profondément) par la formidable discographie des Thugs, groupe français mythique des années 90, apprendre que le premier album de Love And Noise Experiment, résumé en LANE, est le nouveau combo des frères Sourice, Pierre-Yves et Éric, accompagnés de Camille et Etienne Belin, de Daria, et du fils de Pierre-Yves, Félix, notre sang ne peut faire qu'un tour, et notre cerveau s'affoler. Avec une petite angoisse quand même : vingt ans après la fin des Thugs, LANE sera-t-il à la hauteur ? Soulagement, et enthousiasme : même voix fragile, mêmes choeurs whooo-hou, mêmes guitares tendues à l'extrême, même basse chantante, même énergie rageuse, même émotion à fleur de peau… LANE réussit le tour de force de ne pas nous donner envie de réécouter les Thugs (on n'avait jamais arrêté), au profit d'un groupe formidable et d'un album bouleversant.
CONNEXE | Années 90
17/20
Ghostland
"Dances on Walls"
[Manic Depression Records]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 10 décembre 2018 |Chroniqué le 14 mars 2019
POURQUOI | Manic Depression | Pochette
ET ALORS | Trop de repères peuvent nuir à l'auditeur. "Dances on Wall" de Ghostland en est un parfait exemple. La formation est originaire d’Athènes et a signé avec le label parisien Manic Depression pour son premier album. Un label d'obédience gothique, qui accueille un groupe au nom qui l'est tout autant. Une poignée d'indicateurs comme autant de fausses pistes qui desservent les premières écoutes. Le disque est en effet plus lumineux que ce à quoi on pourrait s'attendre, neuf titres menés par la voix rafraîchissante de Makrina qui rappellent avant tout une autre formation bien éloignée de cet univers, les Canadiennes de The Organ. On est malgré tout plus près de Cure que des Smiths, avec quelques synthés en prime et de belles lignes de basse, mais il y a ici cette même lumière, ce don pour les mélodies enjouées et les compositions riches qui emporte tout et nous permet de passer un très bon moment.
CONNEXE | The Organ | The Smiths | The Cure
14/20
Grabyourface
"Keep Me Closer"
[Self-Released]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 22 décembre 2018 |Chroniqué le 13 mars 2019
POURQUOI | Covenant
ET ALORS | Les paroles de "Keep Me Closer", le premier album de Grabyourface sont, à l'instar du "Pretty Hate Machine" de Nine Inch Nails, tellement personnelles que nous nous sentons voyeurs en découvrant ces chansons sur l’absence, l'incompréhension et la colère. "Confession" donne le ton dès le début d’un disque qui, sur fond d'électro minimaliste, alterne entre le français et l'anglais, entre le chant et le spoken-word. Grabyourface a cosigné un titre sur le dernier EP de Covenant, et lorsqu'on demande à Marie Lando de quelle façon cela s'est produit, elle nous avoue qu'Eskil Simonsson est fan et la soutient depuis ses débuts, à l’époque de "Philophobia", son premier album paru en 2017. Forte d’un tel parrainage, Marie nous offre un disque sur lequel elle se livre sans tabou et dont les toute dernières paroles "Keep your ennemies close" lui ont inspiré, avec l’arrogance et la malice de la vingtaine : "Keep Me Closer".
CONNEXE | Électro | Français
13/20
Iv/An
"Somewhere There's a Hunger Strike"
[Tonn Recordings]
par Anthony Augendre
DATES | Sorti le 2 février 2019 |Chroniqué le 12 mars 2019
POURQUOI | Synthpop Chic | Novö Sound | Pochette à la Peter Saville
ET ALORS | "Somewhere There's a Hunger Strike" fait suite à l’album "Comforts of the Future" publié l’année dernière sur le label Tonn Recordings. Son auteur, Ivan Antunović, est un designer graphique doublé d’un musicien inspiré par la rigueur minimaliste des pionniers John Foxx, Blancmange et Portion Control. La qualité mélodique de ses compositions est soutenue par des prouesses vocales singulières. Interrogé sur un probable héritage de Winston Tong, Karl Biscuit ou David Byrne, l’intéressé reconnait là quelques-uns de ses héros. C’est pour ces raisons que les Novö coincés dans une faille spatio-temporelle et surtout frustrés par le rendez-vous manqué entre David Bowie et Kraftwerk trouveront dans la musique d’Iv/An bien plus qu’une consolation. La pop futuriste enfin personnifiée.
CONNEXE | Nieuw NDG | Split Personalities | This Is the Bridge | Minimal Synth | Human League
18/20
Isolated Youth
"Warfare"
[Fabrika Records]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 2 février 2019 |Chroniqué le 7 mars 2019
POURQUOI | Pochette | Nom
ET ALORS | La formation est suédoise et c'est sur un label grec qu'elle publie son premier EP. Un grand écart géographique qui justifie peut-être l’étrangeté du disque. À moins que ce ne soit le contraire… Les hostilités démarrent avec la rythmique tribale de "Oath" et son chant presque chamanique. L’ambiance est posée, Isolated Youth est loin des repères normés et de la facilité auxquels le genre nous habitue ces derniers temps. Le titre "Warfare" offre une voix plus androgyne qui rappelle celui de Dolores O'Riordan ou d’un Brian Molko des premières heures, porté par une basse exemplaire, l’ambiance est plus instable. Avec "Safety" on sait que l'on est en présence de quelque chose de fascinant, avant que "Gold Lane" plus lancinant, torturé et addictif, confirme nos impressions. Le disque s’achève avec un endiablé "Seasons" (dont l’intro rappelle "Love Will Tear Us Apart"). Trop court, mais délicieux.
CONNEXE | Post-Punk | Étrange | Androgyne
15/20
Snapped Ankles
"Stunning Luxury"
[The Leaf Label/Differ-ant]
par Yannick Blay
DATES | Sorti le 1er mars 2019 |Chroniqué le 6 mars 2019
POURQUOI | Sautillant | iscordant | Engagé | Kraut | Électronique | Differ-Ant
ET ALORS | Snapped Ankles en est à son deuxième album et est toujours aussi engagé. Le groupe anglais se déclare ouvertement anti-bourgeois, offrant à chacune de ses chansons la possibilité d'illustrer un chapitre d'"Histoire de ta Bêtise", le recommandable essai pamphlétaire de François Bégaudeau. Leur colère est plus manifeste dans leurs paroles que dans leur musique qui évoque une sorte de Devo qui s’acoquinerait aux B 52’s, mais aurait décidé, après une soirée trop arrosée, de se mettre au Krautrock électro tribal. Pour se faire, il se dotent d’une armada d’instruments électroniques bigarrés (notamment des synthés analogiques incrustés dans des bûches !) et stridents qui chahutent les mélodies de manière intempestive (à la frontière de l’horripilant et du cacophonique, quand même). Sautillant, funky et branque, cette électrokraut décoiffera les punks de tous poils et c’est ça qui est bon !
CONNEXE | Devo | B 52’s | Can | Neu! | Electroclash
14/20
The Telescopes
"Exploding Head Syndrome"
[Tapete Records]
par Frédéric Thébault
DATES | Sorti le 1er février 2019 |Chroniqué le 5 mars 2019
POURQUOI | Psychédélisme | Expérimental
ET ALORS | Depuis le mythique "Taste" en 1989, Stephen Lawrie mène sa barque tranquillement, fidèle au registre shoegaze/noise/space rock qui est sa marque de fabrique, et dont il est, il faut le dire, l'un des champions actuels. L'âge aidant, la musique s'est faite de plus en plus expérimentale et planante, sans toutefois délaisser une profonde noirceur, larsens et synthés entremêlés à l'infini, lancinants, répétitifs, cotonneux, sur fond de voix monocorde ensommeillée. "Exploding Head Syndrome", comme le précédent, est de cet acabit, et il est magistral. On n'écoute pas les Telescopes pour se distraire, mais pour se soigner : les vapeurs psychédéliques dégagées par cette musique ont ce don extraordinaire d'agir sur le cerveau aussi bien qu'une drogue : on s'y plonge avec délectation, et on en oublie tout le reste. 
CONNEXE | Loop | Spacemen 3 | Noise | Shoegaze
17/20
Evi Vine
"BLACK / / LIGHT / / WHITE / / DARK"
[Solemn Wave Records]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 22 février 2019 |Chroniqué le 4 mars 2019
POURQUOI | Brendan Perry | Simon Gallup | Peter Yates | Fields of the Nephilim | The Cure
ET ALORS | Le set d’Evi Vine en ouverture de Brendan Perry au Petit Bain nous avait fasciné. Le troisième album de la Londonienne sort quelques semaines seulement après sa prestation, et c’est avec plaisir que nous retrouvons cette voix douce et fragile, toujours à la merci des guitares impitoyables fournies par Peter Yates (Fields of the Nephilim), et flottant avec aisance sur des traitements impressionnants de noirceur. On y retrouve des sonorités proches des premiers disques de Sigur Rós, et une rythmique totalement absente du live, sur laquelle Simon Gallup (The Cure) a prêté son jeu de basse. Les ambiances sont sous tension, de sorte que celle qui fût la chanteuse sur trois titres du premier album de The Eden House apporte seule les rayons de lumière dans cet univers lugubre et angoissant, comme l’annonce très clairement le titre de l’album avec son effet de miroir déformant.
CONNEXE | The Eden House | Post-Rock
14/20
FTR
"Manners"
[Third Coming Records]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 15 février 2019 |Chroniqué le 28 février
POURQUOI | Paris | Boite à rythmes | Noisy
ET ALORS | Le made in France se porte merveilleusement bien. Pour preuve, la liste des jeunes formations basées dans notre pays capables de sortir des productions impeccables s'allonge un peu plus chaque mois (Divine Shade, Hante.), certains allant jusqu'à signer pour la diffusion hors de nos frontières. Les Parisiens FTR (ex-Future) rassemblent dans leurs compositions passion, énergie, talent et de belles références bien assimilées. C'est au meilleur de The Jesus and Mary Chain façon DIY ou à A Place to Bury Strangers que l'on pense dès les premières mesures de "Manners", avec cependant un grain personnel, une sorte de mur du son construit autour d’une boîte à rythmes infatigable, une basse énorme qui ne s’arrête jamais et des guitares qui hurlent. La voix se veut rassurante dans cette masse cold-pop-rock-noisy sans concession qui trace en ligne droite son propre chemin quitte à pulvériser tous les obstacles.
CONNEXE | The Jesus and Mary Chain | A Place to Bury Strangers
15/20
Queen Zee
"Queen Zee"
[Sasstone Records]
par Frédéric Thébault
DATES | Sorti le 8 février 2019 |Chroniqué le 27 février 2019
POURQUOI | Glam | Punk
ET ALORS | C'est la sensation du moment outre-Manche : les punks queers multicolores Queen Zee et leur charismatique chanteur trans, Zena "Obscene" Davine, dont l'album était très attendu après plusieurs singles qui en mettaient plein les gencives. Queen Zee, c'est comme le Spritz : c'est coloré, ça vous rebooste et ça vous fait tourner la tête. Pour faire un bon Spritz, une seule règle : trois bonnes doses de punk énervé (des guitares à fond les ballons), deux solides doses de glam-rock (une solide base rock et des looks allant des New-York Dolls à Marylin Manson en passant par The Cult), et une petite dose de goth pétillant (un chant qui fait penser autant à Gavin Friday qu'à Rozz Williams). En guise de rondelle d'orange, un sens mélodique parfait qui fait de cet album une véritable usine à tubes. Vous savez ce qu'il vous reste à faire : maquillez-vous et bondissez dans la rue en criant "Sass or Die !".
CONNEXE | Spritz
18/20
Softer Still
"Nuances"
[Music Glue]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 9 novembre 2018 |Chroniqué le 26 février 2019
POURQUOI | Nom
ET ALORS | Vous vous souvenez de cette new wave qui ressemblait à la nôtre mais que l’on n’écoutait pas vraiment, cette pop un peu maniérée, parce que trop soft, guillerette, faussement sophistiqué, trop FM, avec une basse jazz/funk et des guitares un peu trop scintillantes ? C'est un peu ça Softer Still, une sorte de chamallow que l'on garde longtemps en bouche sans ne jamais l'avaler, avec beaucoup de plaisir mais un peu de culpabilité. On pense au mieux à The Cure mais plutôt à Duran Duran, Prefab Sprout, Style Council, Roxy Music… des compositions pop, faciles, évidentes, des mélodies qui s'ancrent rapidement, mais le contenu est inégal, certains choix gâchent l'ensemble pourtant plutôt addictif et l'empêchent de se construire véritablement, l'obligeant à rester indigeste. Le plaisir ne prend jamais le pas sur la culpabilité, on est "à côté" de ce que l'on a l'habitude d'écouter.
CONNEXE | New Wave
11/20
Covenant
"Fieldworks Exkursion EP"
[Dependent]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 7 février 2019 |Chroniqué le 25 février 2019
POURQUOI | La démarche | La pochette | La prise de risque | La surprise
ET ALORS | L’annonce de la sortie d’un nouvel EP de Covenant aurait pu passer inaperçue s’il n’y avait eu ce choix de le distribuer exclusivement lors des concerts du groupe : que pouvait-il bien recéler pour mériter une telle confidentialité ? Puis les révélations concernant son contenu ont fini d’aiguiser notre curiosité : chacun des membres du groupe aurait composé un titre, et Marie de Grabyourface aurait collaboré à l'un d'entre eux. En balayant un spectre d’ambiances qui vont du field recording au spoken words, les Suédois nous offrent un disque imprévisible, surprenant et totalement inattendu qui leur permet de se réinventer, proposant cinq  bonnes raisons d'échapper à une formule dans laquelle le groupe s'était lui-même enfermé. Ici, pas de hit. Pas non plus de remixes inutiles, mais le renouveau d’un groupe bien décidé à prendre des risques. Du danger et un renouvellement : forcément, on aime !
CONNEXE | Expérimental | Dark electro
15/20
Fawns of Love
"Permanent"
[Test Pattern Records/Darla]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 18 janvier 2019 |Chroniqué le 20 février 2019
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | Une certaine vision des premières heures de Factory hantée par quelques fantômes shoegaze, voilà ce qui habite le deuxième album des Californiens de Fawns of Love. Les sonorités électroniques, synthétiques et rythmiques rappellent, dans le désordre, celles d'A Certain Ratio, Section 25, A.R. Kane, ou New Order, tandis que les guitares et leur réverb renvoient à Cure ("Horoscope"), New Order ("Permanent", "Mournful Eyes) ou Slowdive. Le chant n'est pas en reste lorsqu'il s'agit d'y voir des influences, la voix féminine, à la fois mélodique et atone, flotte dans un espace parallèle entre celles de Cocteau Twins et Blonde Redhead. Un assemblage de repères de très bon goût, qui offre un environnement très confortable et permet au disque de réussir l'improbable, offrir un résultat digeste, tant ce mélange d'influences est bien maîtrisé, rendant paradoxalement le résultat plutôt original.
CONNEXE | Factory | Shoegaze | New Order | Cocteau Twins
14/20
Acretongue
"Ghost Nocturne"
[Dependent]
par Bertrand Hamonou
DATES | sorti le 1 février 2019 |chroniqué le 20 février 2019
POURQUOI | Acretongue | Pochette
ET ALORS | Acretongue a une fois encore apporté un soin prodigieux à la pochette de son nouveau disque de dark électro soft et mélodieuse, son troisième album en douze ans. C’est d’ailleurs une constante depuis les débuts de ce projet démarré en 2007 et porté par un seul homme, le Sud-Africain Nico Janse. Si l’imagerie doit suggérer la délicatesse toute personnelle de ces compositions, la patience vient compléter la liste des qualités requises pour apprécier ces titres, puisque huit années séparent ce disque de son prédécesseur "Strange Cargo". Tout est sous contrôle, depuis le phrasé sans débordement jusqu’au sound design excessivement minutieux, lesquels confèrent à la musique une séduisante régularité, une finesse maîtrisée au coeur même de l’écriture. Et tant pis s’il faudra attendre huit années supplémentaires pour la suite, "Ghost Nocturne" n'a pas fini de livrer tous ses secrets.
CONNEXE | Dark Electro
14/20
Aleph
"Entropy"
[Audiotrauma]
par Bertrand Hamonou
DATES | sorti le 21 janvier 2019 |chronique le 15 février 2019
POURQUOI | Pochette | Audiotrauma | Philipp Münch
ET ALORS | C’est un EP de six titres envoutés, comme possédés, que vient de publier le Berlinois Armando Alibrandi et son projet Aleph. Sa dark ambient précise et cadrée, qui flirte avec une électro calée sur une rythmique aux allures de métronome, nous entraine vers un chemin moins chaotique que veut bien l’annoncer le titre du disque. Ces compositions électroniques chargées de cordes habilement pincées et de nappes mélancoliques ont été confiées au savoir-faire de Philipp Münch (Synapscape, The Rorschach Garden, Cell Auto Mata) d’ordinaire habitué à plus abrasif, pour un mastering en douceur. Mention spéciale pour les deux versions du titre "Infinite Void" avec les belles vocalises de Dimitra Tripi très proches de celles de Lisa Gerrard, avant de laisser une seconde version de "Arrow of Time" revisitée par Ah Cama Sotz terminer le disque comme il avait commencé, avec un supplément d’angoisse.
CONNEXE | Dark Ambient
14/20
The Blinders
"Columbia"
[Modern Sky UK]
par Frédéric Thébault
DATES | sorti le 1e février 2019 |chroniqué le 14 février 2019
POURQUOI | Tension
ET ALORS | Sorti dans son pays d'origine, la Grande-Bretagne, fin septembre, "Columbia", le premier album des Blinders -déjà une sensation outre-Manche- n'est disponible en France que depuis quelques jours. Et on s'en réjouit, parce que la scène anglaise actuelle s'avère réellement excitante ces temps-ci. Et même si le maquillage du chanteur (voir la pochette) n'impressionne guère les vieux briscards que nous sommes, force est de constater que ces gars-là balancent un gros son blues-rock tordu à la Birthday Party que l'on n'avait plus guère l'habitude d'entendre en dehors des soirées en maison de retraite pour vieux gothiques. Pas loin de Shame ou des Idles pour l'énergie et la hargne, "Columbia" se pose-là, viril, entêtant, obsédant, brutal, fier, mais aussi écorché vif avec le bouleversant "Orbit" qui clôt ce putain d'album qu'on n'a pas fini d'user, encore et encore.
CONNEXE | Birthday Party | Shame | Idles
16/20
Lorelle Meets the Obsolete
"De Facto"
[Sonic Cathedral]
par Christophe Labussière
DATES | sorti le 11 janvier 2019 |chroniqué le 14 février
POURQUOI | Pochette | Nom
ET ALORS | Estampillé psyché shoegaze, le "De Facto" de Lorelle Meets the Obsolete est avant tout une étrangeté, particulièrement bien construite et surtout savamment variée, puisant d’une façon brillante dans des sonorités qu'on imaginait a priori plus familières au Royaume-Uni qu’au Mexique dont est originaire le groupe. Si des brumes shoegaze planent bien sur certains morceaux, l’ambiance est parfois franchement no wave ("Ana"), empreinte de l’ombre de Cure (les guitares de "Líneas En Hojas" ou la batterie d’"Acción – Vaciar"), la voix hypnotique peut rappeller celle de Julie Cruise et les 9 minutes de "Unificado" renvoient quant à elles à un post rock noise halluciné… Autant de repères qui sèment le trouble au lieu de nous rassurer mais qui font tout l'intérêt de ces compositions. Intrigantes, elles sortent des sentiers battus et donnent au groupe une personnalité hors-normes.
CONNEXE | Mexique | No Wave | Shoegaze | The Cure
12/20
Mono
"Nowhere Now Here"
[Pelagic Records]
par Bertrand Hamonou
DATES | sorti le 25 janvier 2019 |chroniqué le 13 février 2019
POURQUOI | Mono
ET ALORS | Il y a chez MONO une sensibilité et une mélancolie que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, de sorte que le plus célèbre des groupes japonais semble dépositaire d'une forme de poésie ancestrale qu'il se doit de la perpétuer album après album. De fait, leur musique est intemporelle et dépasse largement le cadre même du disque, puisqu'elle s’apparenterait facilement à une conversion musicale du nombre d’or, cette proportion universelle qui définit la beauté. Les mélodies de "Nowhere Now Here" sont comme toujours intimes et dramatiques à la fois, suivant cet ordre de construction qui va crescendo, comme un nuage que l'on voit approcher au loin avant le véritable orage qui balaye absolument tout. Car c'est bien cela que l'on retrouve inlassablement chez MONO : une certaine mise en scène de l'avènement des furies. Et le plus incroyable, c'est que cela fonctionne à chaque fois.
CONNEXE | Post-rock | Japon
16/20
Cherry Glazerr
"Stuffed & Ready"
[Secretly Canadian]
par Frédéric Thébault
DATES | sorti le 1e février 2019 |chroniqué le 12 février 2019
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | Clementine Creevy que l'on a pu découvrir dans la série "Transparent" en 2014 vit à Los Angeles. La jeune fille, au tempérament fort et à la voix unique, sait ce qu'elle veut et où elle va. Son premier album paru en 2014, était encore un brouillon à base d'influences mêlant riot grrrls, lo-fi et grunge, mais dès le second, en 2017, Cherry Glazerr commence à se faire un nom et un son, peaufinant ses chansons en les dépouillants de leur rugosité et gagnant en émotion. Avec "Stuffed & Ready", on assiste à la mue de la chrysalide, devenue superbe papillon : cet album est tout simplement bouleversant, et magnifique ! Chaque morceau brille d'une intensité rare, désespérée et tragique, privilégiant une émotion à fleur de peau au détriment de l'énergie des guitares. Nous ne sommes que début février, mais on peut déjà avancer que ce disque fera partie des meilleurs de l'année 2019.
CONNEXE | Émotion | Riot Grrrls
17/20
Polyverso
"Antagonista (Disobey)"
[SwissDarkNights]
par Christophe Labussière
DATES | sorti le 26 janvier 2019 |chroniqué le 11 février
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | On peut tenter de suivre des recettes connues, en reprendre les ingrédients, choisir "la" bonne bibliothèque de la boîte à rythme, ses claps éprouvés, décliner "le" gimmick de basse entêtant et s'amuser avec "la" reverb sur la voix, rien ne garantira que le résultat sera une réussite. Polyverso et son premier album "Antagonista" en sont l'illustration. Tout est là, mais tout semble avoir été rapidement disposé, sans passion, sans âme, on croit entrer dans un dépôt-vente foutraque où auraient été abandonnés des jouets à moitié cassés, contrefaçon grossière qu’aucun enfant n’aurait vraiment utilisé avant. La new wave de Polyvero est frelatée, la voix trop maniérée ("Denial"), les compositions sans cohérence ("Antagonista" est insensé). Si l’on est aussi dur, c’est que l’on sait que dans ce domaine d’autres savent faire preuve de talent, peut-être pas toujours avec la plus grande originalité, mais avec application.
CONNEXE | New Wave
7/20
Endless Dive
"Falltime"
[Auto-Production]
par Bertrand Hamonou
DATES | sorti le 18 janvier 2019 |chroniqué lé 7 février 2019
POURQUOI | Pochette | Belgique
ET ALORS | Jeune groupe belge qui n'avait jusqu’à présent qu'un seul EP à son actif, publié à la fin de l'année 2016, Endless Dive sort enfin son premier album, et livre un disque de post-rock expérimental des plus subtiles. Avec de multiples changements d’ambiances et de rythmes au sein même de chaque morceau, le quatuor ajoute des nappes de synthés qui apportent une composante rêveuse à ce type de musique d’ordinaire plutôt tellurique, et qui, tout à coup, semble faite pour contempler les étoiles ("Wading Pool", "Low Tide"). Mais ce post-rock instrumental là sait aussi se faire rapide, et "Falltime" est un modèle de maîtrise et d’inventivité qui propose une méthode de composition extrêmement riche. Il ne faudra sous aucun prétexte manquer les prestations du groupe lors de sa tournée dans toute la France au mois de mars.
CONNEXE | Post-rock
13/20
Warsaw
"Wires"
[Bandcamp]
par Christophe Labussière
DATES | sorti le 2 février 2018 |chroniqué le 6 février 2019
POURQUOI | Nom | Pochette
ET ALORS | Avant tout il y a un nom. Pas n’importe lequel. Puis une pochette. Ensuite, les choses sérieuses peuvent démarrer : des synthés, une guitare délicate, une basse (qui rendrait jalouse Patricia Morrisson), une voix masculine, puis féminine, de belles mélodies. Tout est réuni d’une façon trop évidente pour que l’on se laisse piéger, mais le groupe est malin, les morceaux s’enchaînent intelligemment, les voix s’imbriquent, dévoilant une new wave aux embruns gothiques, incroyablement soignée, presque précieuse : on ne peut que tomber sous le charme de ces 6 titres dont l’étonnante reprise de "Cold" de The Cure. Quant au nom, il suffit de leur demander, les quatre Californiens l’ont choisi la nuit de l’élection de Trump, rêvant de résistance et évoquant l’insurrection de Varsovie. Le groupe est né ce soir-là. Avec ce nom, ce Warsaw que Joy Division avait décidé de ne pas être.
CONNEXE | The Cure | Joy Division | Warsaw | The Sisters of Mercy | New Wave | Gothique
15/20
Calva Louise
"Rhinoceros"
[Modern Sky Entertainment]
par Frédéric Thébault
DATES | sorti le 1e février 2019 |chroniqué le 5 février 2019
POURQUOI | Fraîcheur | Pochette | Vidéos | Humour
ET ALORS | Après quatre titres égrénés au long de l'année 2018, on attendait avec impatience l'album de ce trio bien sympathique venu de Londres (Jess et Ben à la basse et batterie, Alizon à la guitare et au chant). Outre les morceaux déjà connu, "Rhinoceros" confirme avec les nouveaux titres qu'on a bigrement bien fait de croire en ce groupe. Calva Louise se qualifie de "fuzzy-grunge", le chroniqueur averti acquiescera, mais il évoquera aussi une power-pop énergique, excitée et délirante, et des titres qui passent sans prévenir du cri d'hystérie aux sifflotements tranquilles, avec des choeurs là où il faut et de la bonne humeur à tous les étages. Disons-le tout net, Calva Louise fait foutrement penser aux Pixies, et rares sont ceux qui peuvent y prétendre sans passer pour d'odieux snobs. Vous aviez besoin d'un remontant en cette triste période politique, alors foncez, ce disque vous remettra sur pieds !
CONNEXE | Pixies
17/20
LMX
"Dimension Shift"
[Meshwork]
par Bertrand Hamonou
DATES | sorti le 25 janvier 2019 |chroniqué le 4 février 2019
POURQUOI | Meshwork
ET ALORS | "Dimension Shift" est le premier album d’un très jeune prodige d’à peine quinze ans qui se cache derrière trois majuscules mystérieuses, LMX. Chacun des titres de son électro mélodieuse réutilise volontairement la même palette sonore, et il en programme des combinaisons infinies, comme s’il peignait des fractales sur un mur de pixels. Empruntant à l’électro, au dub, à l’ambient, à l’IDM et à la synthwave, ses compositions n’oublient jamais les mélodies de cristal qui pourraient passer pour du Kraftwerk période "Computer World", lesquelles reposent habilement sur de très profondes basses qui ronronnent littéralement du début jusqu’à la fin. En privilégiant les courtes durées plutôt que de longues plages qui finissent parfois par s'asphyxier, LMX réussit un album qui respire véritablement la modernité en osant le mélange des genres que seules les jeunes générations se permettent aujourd’hui.
CONNEXE | SN-A | Ambient | Electro | Dub
13/20
Yasuaki Shimizu
"Dementos"
[Japanism/HMV Record Shop]
par Anthony Augendre
DATES | réédité le 16 janvier 2019 |chroniqué le 30 janvier 2019
POURQUOI | Orchestration sophistiquée | Remasterisation | Inventions sonores et textuelles | Pochette
ET ALORS | Les adeptes de japonisme connaissent déjà Yasuaki Shimizu par le biais de ses compositions électroniques dans le domaine publicitaire. D’autres l’ont sans doute découvert en tant que saxophoniste expérimental. Voici la réédition de "Dementos" (1988) qui nous éclaire un peu plus sur la facette pseudo accessible de l’artiste. Il se révèle ici en véritable crooner qui malaxe des sonorités techno funk new-yorkaises avec des percussions indiennes, triturant des phrasés mandingues avec des inventions de langages dans un creuset de world music précieuse telle que la pratiquait Ryuichi Sakamoto avec son ensemble Neo Geo. Élégantes, exotiques et raffinées, ses pop songs se savourent sans modération aux côtés d’autres miniatures de David Byrne, David Sylvian ou Masami Tsuchiya dont le timbre de voix se rapproche beaucoup.
CONNEXE | Ryuichi Sakamoto | Haruomi Hosono | David Cunningham | Pop japonaise | Pandit Dinesh
16/20
Hante.
"Fierce"
[Synth Religion/Metropolis Records]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 18 janvier 2019 |Chroniqué le 29 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Nom
ET ALORS | Les synthés qui portent "Fierce" sont fascinants. Ils font naître et construisent chacune des mélodies qui le constituent, entre douceur et fragilité, et installent une ambiance mélancolique subtilement apaisante. Ils parviennent à ne jamais se répéter et singularisent quelques titres ("Wild Animal", "Tomorrow is a New Day", "Waiting for a Hurrricane", "Respect"...), autant de bijoux lovés dans un écrin intriguant, sorte de cold wave easy listening, soignée et intelligente. La voix, à la fois assurée et ensorcelante, d’Hélène de Thoury n’est pas en reste pour expliquer l’attachement que l’on a à "Fierce". Hante. en est à son quatrième album, et Hélène, après avoir collaboré à Minuit Machine et Phosphor pour autant de disques, a choisi de monter son propre label Synth Religion. De surcroit, et on finira là-dessus, Hélène de Thoury est parisienne. Comme quoi, on a encore deux trois choses à découvrir.
CONNEXE | Cold Wave | Synthés
15/20
Various Artists
"Shub - Niggurath"
[Cryo Chamber]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 4 décembre 2018 |Chroniqué lé 28 janvier 2019
POURQUOI | Cryo Chamber | Nature du projet | Pochette
ET ALORS | Le casting a tout de la super production : vingt-deux artistes collaborant à la réalisation de deux titres d'ultra dark ambient d'une heure chacun. Le ton est clairement annoncé, le cinquième volume de la série que consacre le label Cryo Chamber à l'écrivain H.P. Lovecraft se veut global et massif. Accompagné d'un livret luxueux, l'implication est totale pour ce projet qui élève le concept de collaboration au statut de catégorie hors-norme, et à ne surtout pas confondre avec une vulgaire compilation : les deux heures de voyage proposées à la lisière de notre monde sont inédites et façonnées dans un gigantesque chaudron sonore dans lequel chaque artiste a déposé son ingrédient personnel, pour un résultat qui glace le sang ou fait perler des gouttes de sueur sur la nuque. Frissons et immersion totale garantis par la crème des artistes du genre.
CONNEXE | Dark ambient | Cryo Chamber | Atrium Carceri
15/20
Plomb
"At Ease!"
[D-Monic]
par Yannick Blay
DATES | Sorti le 21 septembre 2018 |Chroniqué le 24 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Potes (David & Nash) | Français
ET ALORS | Après un premier single tout de vinyle blanc, Plomb, quintet parisien jusqu’au bout des ongles, vient de sortir son premier album, "At Ease!". Impossible de ne pas penser au label Born Bad à l’écoute de leur post punk réfrigéré à l’énergie aussi redoutable que bizarrement et nonchalamment maîtrisée. Le chant du grand dadais débonnaire et affable perché au micro rappelle en effet autant les incantations de Fabrice de Frustration que les élucubrations du meneur de Cheveu. Les lignes de synthés analo jouées par le leader peroxydé de Katzkab (autre groupe cold punk) sont obsédantes et aliénantes au possible et les incessants changements de rythmes de la majeure partie des compos donnent à l’ensemble un côté plus foutraque keupon que franchement cold, à l’image d’un Crisis ou d’un The Ex des débuts. Voilà du Positive Punk bien à l’aise dans ses Doc Marten’s, dans les starting blocks pour 2019 !
CONNEXE | Crisis | The Ex | Born Bad | Frustrastion | Cheveu
14/20
Indi
"Precipice"
[Flying Nun Records]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 12 octobre 2018 |Chroniqué le 23 janvier 2019
POURQUOI | Orchestrations
ET ALORS | Savant mélange d’electronica, d’orchestrations luxuriantes, d'expérimentations et d’exercices de vocalises, "Precipice" propose une construction toute personnelle de chansons chaudes comme un souffle d'été. Avec sa voix douce et son phrasé enfantin, la néo-zélandaise Indi (de son vrai nom Indira Force), également chanteuse du groupe de trip-hop Doprah, propose dix sucreries délicieusement expérimentales et pop, sans état d’âme, où les machines s'approprient la rythmique façon mille-pattes, et soutiennent des orchestrations riches en sons de violons, de cors, de flûtes, harpes et clavecins, telle une Björk underground en direction de territoires inédits.
CONNEXE | Expérimental | Dreampop | Björk
15/20
Bragolin
"I Saw Nothing Good So I Left"
[Young & Cold Records]
par Christophe Labussière
DATES | Paru le 24 mars 2018 |Chroniqué le 22 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Pays-Bas
ET ALORS | Il arrive parfois que l’on éprouve l’envie d’écouter des choses plus faciles, sans que cela ne ternisse d’aucune façon l’estime que l’on a de l’album que l’on va choisir. "I See Nothing Good So I Left" fait partie de ces disques qui semblent évidents. La cold (pop) wave de Bragolin rappelle des sonorités plus anciennes comme celles de Sad Lovers & Giants sans trop s'en approcher, la voix charismatique et intrigante de Edwin van der Velde , la très belle guitare (baryton pour être précis), la boîte à rythmes et les synthés transforment chaque titre en un joyau lumineux et donnent à l’ensemble un son propre, presque cristallin, et insufflent surtout à ces huit titres une véritable identité. Le groupe, originaire d’Utrecht aux Pays-Bas, est passé au Supersonic à Paris en mai dernier, quelques mois après la sortie de cet album qui est sa toute première production.
CONNEXE | Cold Wave | Sad Lovers & Giants
15/20
Beauty Of Inconsequenz
"Persephone LP"
[Unterland Records]
par Christophe Labussière
DATES | Paru le 16 novembre 2018 |Chroniqué le 21 janvier 2019
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | Est-ce parce qu’on ne sait absolument rien de Beauty Of Inconsequenz, que l’écoute de "Persephone" s’avère aussi troublante ? La troisième production du label berlinois Unterland ne dévoile d’elle que le corps fascinant de sa pochette, comme une invitation à pénétrer un univers que l’on découvre vertigineux, terriblement sombre, et profondément mélancolique. L’écoute de ses neuf titres révèle une juxtaposition légère et incroyablement intelligente de sons et d’ambiances qui nous emmènent aux confins d’une dimension où les fantômes de Massive Attack cotoîraient ceux d’esprits déviants. Ambient, expérimental, industriel dubsteps, trip hop, craquement de vinyls, bribes de voix énigmatiques… Un disque qu’aurait pu publier Cold Meat Industry si le label avait été basé à Bristol.
CONNEXE | Expérimental | Trip Hop | Cold Meat Industry
15/20
Movement Of Static
"Naegleria"
[DistroKid]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 12 octobre 2018 |Chroniqué le 16 janvier 2019
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | Il est devenu difficile de s'y retrouver dans le vaste monde du post-rock qui a colonisé la planète entière à renfort de sous-genres et de spécificités géographiques. Le groupe Movement Of Static vient de Grèce et propose un rock instrumental rehaussé de quelques nappes de synthé qui illuminent par touches légères les différents jeux de guitares, tour à tour cristallines ou heavy. Quatre petits interludes traversent le disque, qui alterne de cette manière entre réalité et monde parallèle, passant de l'un à l'autre via ces portes un peu inquiétantes. Un disque rapide sans être pressé, bourré de bonnes idées, à la production impeccable et qui n'a absolument rien à envier à un disque de Mogwai.
CONNEXE | Post-Rock | Rock Instrumental | Mogwai
12/20
Semiotics Department Of Heteronyms
"SDH"
[Avant! Records]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 6 juin 2018  |Chroniqué le 15 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Espagne
ET ALORS | Les coups de foudre sont rares, mais la première rencontre avec l’album de Semiotics Department Of Heteronyms en a pourtant toute l’allure. Une new wave/cold wave aérienne, parfois low tempo ("The Scent") mais souvent plus entraînante ("Tell Them", "I Mean", "She Uncovers Before Me"), des synthés omniprésents, fascinants, une rythmique entêtante, et surtout, une voix féminine terriblement addictive. Voilà les composantes des huit titres qui constituent "SDH", le premier album de ce duo originaire de Barcelone qui n’en est pas à son coup d’essai ; outre un premier single en mai dernier,  Andrea P. Latorre et Sergi Algiz avait fait leurs armes au sein d’une formation post-punk, Wind Atlas, avant de monter le label Conjunto Vacio. À l’image de la pochette, ces compositions intriguent, fascinent, créent l’envie et se livrent un peu plus à chaque nouvelle écoute. Un bijou froid, racé, intelligent.
CONNEXE | New wave | Cold Wave | Anne Clark
15/20
Penelope Trappes
"Penelope Two"
[Houndstooth/Optimo Music]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 26 novembre 2018 |Chroniqué le lundi 14 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Sonorités | Titre
ET ALORS | Moitié du duo londonien The Golden Filter, la chanteuse d'origine australienne nous offre après son premier essai "Penelope One", un second disque solo dont les compositions ressemblent à des berceuses un peu dérangées et exclusivement réservées aux adultes. La musicienne touche-à-tout a choisi un sound design à la beauté blafarde pour habiller ses visions qui s'inspirent clairement des Cocteau Twins période "Victorialand" et "The Moon and the Melodies", en version ralentie au maximum et qui auraient comme palette sonore les expérimentations ambient de This Mortal Coil. L’album donne alors l'impression de flotter entre deux états : conscient grâce aux pulsations, aux oiseaux et à l'orage enregistrés, tout en étant à la fois détaché, comme invité en qualité d’observateur privilégié dans le rêve de quelqu'un d'autre dont on ne partagerait ni les démons, ni les craintes. Superbe.
CONNEXE | Cocteau Twins | This Mortal Coil | Ambient | Dreampop
14/20
Black Tape For A Blue Girl
"To Touch the Milky Way"
[Projekt]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 26 octobre 2018 |Chroniqué le 10 janvier 2019
POURQUOI | Black Tape For A Blue Girl
ET ALORS | Passé l'effet de surprise face à cette pochette que l'on a du mal à relier à la voie lactée de son titre, le douzième album de Black Tape for a Blue Girl ravit par la chaleur de ses ambiances mélancoliques et electro-acoustiques. On retrouve cette légère brume sonore, ce voile immatériel caractéristique que Sam Rosenthal cultive à l'aide de son harmonium, notamment sur les deux premiers titres. Le disque nous renvoie à la période glorieuse de l'Heavenly Voices des 90's et prolonge la magie d'une musique que l'on pensait avoir perdu de vue ces dernières années. L'album fait alterner chant féminin et masculin, avec douceur et retenue, et forme avec son prédécesseur "These Fleeting Moments" (2016) le vrai retour que nous attendions.
CONNEXE | Darkwave | Heavenly Voices | Ethereal | Dreampop
14/20
Cruz De Navajas
"Dominación"
[Going Underground Records/Symphony of Destruction Records]
par Christophe Labussière
DATES | Sorti le 1e février 2018 |Chroniqué le 9 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Mexique
ET ALORS | La période est plutôt faste pour la scène new wave/ gothique/ cold wave/ death rock/ post punk pour le moins moribonde ces dernières années. Pas un jour ne passe maintenant sans qu'une nouvelle formation n'émerge et ne tente, sans gêne, de donner une leçon à ses aînés de plus de 30 ans. Crux de Navajas, jeune groupe originaire de Mexico City, a dévoilé en février dernier un premier album pour le moins jouissif. Une guitare délicieusement dissonante, une basse appuyée, des synthés omniprésents, et une voix féminine assez fascinante, presque scandée. L'ensemble n'est à vrai dire pas très bien produit, mais cela donne au disque quelque chose d'animal, un peu âpre à la première écoute, mais qui s'avère au final particulièrement mélodique et rappelle X Mal Deutschland. Et rien que pour ça, ce disque s'avère indispensable.
CONNEXE | X Mal Deutschland | Post Punk | Death Rock | New Wave
14/20
Electric Retro Spectrum
"Sub-Urban"
[Stolen Body Records]
par Yannick Blay
DATES | Sorti le 4 janvier 2018 |Chroniqué le 7 janvier 2019
POURQUOI | Pochette | Français | DIY | Fuzz | Mécanique Ondulatoire
ET ALORS | Formé à Paris, le groupe Electric Retro Spectrum vient de sortir son premier EP sur la label Stolen Body Records. Le disque surprend d’entrée : il il sonne bien plus amerloque qu’européen. Les 5 titres de "Sub-Urban" offrent en effet un rock lourd, sombrissime, progressif dans le sens doom ou stoner du terme qui rappelle tour à tour des groupes tels que Chelsea Wolfe, Live Skull ou Lydia Lunch. Le chant de Tara Clamart qui excelle autant dans le désenchantement que dans la colère a quelque chose de cette dernière, la fameuse performeuse américaine "big, sexy et noise", période "Shotgun Wedding". Son spleen est porté par des basses et des guitares triturées de reverb et de fuzz qui emmènent le son dans des territoires noise et psyché bien plombants. D’après la bio, c’est du pur DIY, mais à l’écoute c’est juste bluffant en termes de production et d’espaces sonores !
CONNEXE | Live Skull | Chelsea Wolfe | Lydia Lunch | Noise Psyché
15/20
ASC
"The Outer Limits"
[Auxiliary]
par Bertrand Hamonou
DATES | Sorti le 30 novembre 2018 |Chroniqué le 8 janvier 2019
POURQUOI | ASC | Techno | Ambient
ET ALORS | James Clements, qui officie derrière ASC et qui produit des titres au kilomètre -il s'agit ici de son sixième disque cette année-, a clairement la tête dans les étoiles et nous y entraîne sans retenue à travers la plupart de ses disques composés à San Diego où il réside depuis des années. D'apparence tranquille, "The Outer Limits" ne propose pas de course jusqu'aux confins de notre système solaire, mais révèle des changements de rythmes au coeur même des quatre longs titres qui le composent. Nourri à la fois à l'ambient scintillante et à la soft techno, le mélange inédit fonctionne parfaitement sous la forme d'une electronica tout aussi puissante que rêveuse : quel son, quelle profondeur, quelle largeur de spectre !
CONNEXE | Acces to Arasaka | Zero Degree | Ambient | Electronica
14/20