& les Chroniques
Express
House of Harm
"Vicious Pastimes"
DATES | Sorti le 4 septembre 2020 | Publié le mardi 24 novembre 2020
POURQUOI | Pochette
ET ALORS | On est tout de suite tombé sous le charme de la new wave de House of Harm. Le premier contact a évidemment eu lieu avec la pochette et ces trois silhouettes monochromes et floues, hommage forcément intentionnel au "Pornography" de The Cure. La référence à leurs grands-parents britanniques ne s'arrête pas là tant la formation originaire de Boston s'amuse à piocher ça et là sons et mélodies qui ne sont pas sans rappeler celles de Robert Smith, les clochettes de "Coming of Age", la rythmique et la basse du démarrage de "Against the Night", ou encore la petite mélodie de guitare de "Catch". Mais ces clins d'oeil ne sont que des repères rassurants et amusants et n'entachent en rien la construction des compositions, pas plus que leur originalité. Celles-ci s'avèrent en effet bourrées d'intelligence et fichtrement efficaces. Les synthés, guitares, et rythmiques puisent allègrement dans le genre sans finalement ne plagier aucun groupe particulier, on ne pense d'ailleurs jamais vraiment à The Cure, d'autant que la voix de Michael Rocheford, si elle aussi suit les codes du genre, s'impose et contribue à entériner l'identité propre du groupe. 35 minutes trop courtes qui incitent à écouter encore et encore le disque.
CONNEXE | The Cure | New Wave | Synthpop
VOUS
LECTEURS
14
PRÉMO
14/20
We.The Pigs
"We.The Pigs"
DATES | Sorti le 26 novembre 2021 | Publié le lundi 24 janvier 2022
POURQUOI | Nom du groupe | Pochette
ET ALORS | Le premier album des Suédois de We.The Pigs est l’excellente surprise de la fin d’année dernière. Ce quintette originaire de Stockholm n’avait jusqu’ici enregistré que deux discrets singles, mais la sortie de "We.The Pigs" devrait changer la donne en ce qui concerne leur exposition au monde. Les chansons y sont efficaces et robustes, les influences sont héritées de l’indie rock à tendance noisy, shoegaze ou purement pop des 90s. Portés par un chant féminin aérien, We.The Pigs rejoint cette famille de jeunes talents que nous aimons et qui ne refusent pas quelques larsens lorsque l’occasion se présente ; on pense à Manon Meurt, à Pinkshinyultrablast, à Blankenberge ou encore à Be Forest, des formations qui ont essaimé dans toute l’Europe et dont la qualité des productions n’a rien à envier à celles qui créaient la sensation en Angleterre il y a plus de trente ans. Avec ce premier album pop, audacieux et bluffant, We.The Pigs, le pied sur les pédales d’effets, passe ce mur du son que nous adorons tant franchir avec ou sans casque, et délivre ici une sacrée collection cohérente et enivrante de chansons que l’on a envie de continuer de fredonner pendant longtemps. Reste tout de même un point qu’il faudra éclaircir : pourquoi ce drôle de nom ?
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
17/20
Meta Meat
"Infrasupra"
DATES | Sorti le 15 septembre 2021 | Publié le mercredi 12 janvier 2022
POURQUOI | Meta Meat | Ant-Zen | Tribal
ET ALORS | C’est le second album qu’enregistrent ensemble Phil Von (Von Magnet) et Somekilos (2Kilos &More), et si nous étions déjà conquis par leur premier disque éponyme sorti il y a cinq ans, cet "Infrasupra" paru juste avant l’automne confirme que leur alchimie dépasse largement le cadre du side-project. Annoncé par la vidéo de "Trampled" à la chorégraphie sauvage et convulsée, le disque se construit sur des motifs rythmiques incroyables, et impose sa world music mutante, rituelle et tribale. En tout, ce sont dix instrumentaux qui nous donnent l’impression de transformer notre univers quotidien en gigantesque drum-kit, qui nous poussent à frapper sur tout ce qui nous tombe sur la main pour tenter de reproduire ces rythmes syncopés, plongés dans une transe si contagieuse qu’elle prend le contrôle du bout de nos doigts. Les motifs rythmiques qui s’empilent à mesure que chaque titre évolue sont d’une finesse remarquable, chaque couche supplémentaire complexifiant encore un peu plus ces boucles impossibles à recréer en tambourinant sur un coin de table. Avec "Infrasupra", Meta Meat fait du rythme pur un art capital, sans emphase ni fioritures, mais avec talent et raffinement, tout simplement. Un vrai régal.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
17/20
New Canyons
"Heavy Water"
DATES | Sorti le 30 avril 2021 | Publié le dimanche 07 novembre 2021
POURQUOI | Darkwave
ET ALORS | Il existe des disques auxquels notre adhésion est immédiate et "Heavy Water", le troisième album de New Canyons, fait partie de ceux-là, probablement parce que l’on y décèle une multitude de repères familiers à la première écoute, au moment même où des titres tels que "Post Nothing" et "Spirit 83" envahissent l’espace. Car le son qui est à la fois ample et plombé est fait de très belles guitares empruntées à la dream pop et à la shoegaze, d’une rythmique aux sonorités franchement indus, des synthés récupérés à la new wave et à la darkwave, d’une basse qui ronronne non-stop et qui maintient l’ensemble en l’empêchant de s’écrouler sous le poids de ses propres couches sonores. Avec un chant dont le timbre peut parfois rappeler celui d’Andy McCluskey d’OMD, les références sont multiples et proviennent de toutes les directions à la fois, et ce qui semblait évident au départ se révèle bien plus complexe qu’on ne l’imaginait. Aucun détail n’est laissé au hasard dans une production de cette qualité, où l’on apprécie particulièrement la sensation d’euphorie que procure l’enchainement des chansons façon montagnes russes : ça monte, ça accélère puis ça ralentit ; à peine terminé, on se prépare à y retourner. Une très belle réussite.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Emily Wolfe
"Outlier"
DATES | Sorti le 2 juillet 2021 | Publié le lundi 18 octobre 2021
POURQUOI | Pop Rock | Singles | Refrains
ET ALORS | Il y a des disques que l’on se surprend à écouter en boucle. "Outlier", le troisième album d’Emily Wolfe fait partie de ces collections de chansons dont il est impossible de se défaire dès lors qu’on y a glissé très attentivement ses deux oreilles. Basée à Austin au Texas, multi-instrumentaliste et guitariste d’exception primée par le fabricant Gibson qui lui a récemment créé un modèle unique, la chanteuse a ajouté la juste dose d’électronique nécessaire à son blues rock d’origine pour fabriquer des tubes qui devraient figurer au programme de toute radio pop rock qui se respecte. Mélodiste talentueuse, l’Américaine réalise un sans faute de qualité depuis "No Man", jusqu’à "Heavenly Hell", où chaque titre pourrait recevoir le statut de single de la semaine. Produit par Michal Shuman de Queens of the Stone Age, le disque mise sur les refrains imparables plutôt que sur la démonstration de savoir-faire technique que l’on pourrait attendre de la part d’une virtuose de la six cordes. Et l’on a alors envie de rapprocher "Outlier" d’autres productions de caractère comme le dernier Cherry Glazerr. On vous recommande de vous y abandonner sans aucune retenue, et l’on vous prévient également de l’addiction qui s’en suivra.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
H2SO4
"Love and Death"
DATES | Sorti le 23 juillet 2021 | Publié le vendredi 08 octobre 2021
POURQUOI | Come Back | Electro 90s
ET ALORS | Vingt-et-un ans séparent "Love and Death" de son prédécesseur, "Glamtronica", dont le titre définit toujours à merveille le son glam et électro de H2SO4 qui sonne comme un voyage dans l’espace et le temps en classe affaire, une coupe de champagne à la main. Avec ses rythmes qui groovent comme rarement nous en rencontrons ici, avec ses nappes électroniques et spatiales, ce troisième album s’écoute la tête dans les étoiles et des étincelles multicolores dans les yeux. S’il nous renvoie à la toute fin des 90s lorsque des membres de CODE et de Sulphur s’associèrent, le disque a toute légitimité aujourd’hui pour distiller ses beats et ses ambiances sucrées. Au programme, des titres qui font quelques clins d’oeil assez malins à tout ce qui nous aimons comme ce "Hello Spacegirl" qui lorgne vers du New Order nouvelle génération, et dont le titre pourrait s’inspirer du "Halo Spaceboy" de David Bowie remixé par les Pet Shop Boys, ou quand H2SO4 emprunte le gimmick de "West End Girls" pour introduire "We Are Millions". Au final, on émerge revigoré d’une rêverie au cours de laquelle on a flirté avec Underworld et Fluke, et avec la nette impression de détenir le remède ultime aux baisses d’humeur du quotidien. Une merveille.
CONNEXE | CODE | Sulphur | Underworld | Fluke | Electro | Glam | UK
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
White Canyon and The 5th Dimension
"Spectral Illusion"
DATES | Sorti le 2 avril 2021 | Publié le vendredi 06 août 2021
ET ALORS | Inutile d’y aller par quatre chemins : "Spectral Illusion", le très addictif second album de White Canyon and The 5th Dimension est un authentique album de guitares, tour à tour domptées et douces, puis sauvages et rugueuses, qui serpentent sur le sinueux chemin du rock psychédélique et du post punk minimal que le groupe s’est choisi. C’est un album qui se faufile entre mystère et mystique, qui parle de légendes et de l’au-delà, de fantômes, de spectres et de serpent qui se mord la queue, et dont la pochette illustre à merveille le propos. Dans cette brume orchestrée par les guitares nerveuses et les cymbales d’une batterie bestiale, l’on croit reconnaître la voix de Jim Reid sur une obscure face B compilée sur le "Barbed Wire Kissed" de The Jesus and Mary Chain. Mais "Spectral Illusion" sait être autre chose de plus sournois, de plus inquiétant et de plus perçant aussi, grâce à cette rythmique qui semble se caler sur le souffle court d’un animal nocturne en chasse, comme sur le magnifique "Endless Sea" de neuf minutes. Organique, impulsive et instinctive, telle est la musique de ce duo brésilien mixte extrêmement discret mais diablement efficace, capables de produire un disque surprenant, si mystérieux, lancinant et enivrant.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
Thee Hyphen
"Incidental Tools of Confusion"
DATES | Sorti le 26 juin 2021 | Publié le mercredi 28 juillet 2021
POURQUOI | Réédition | Celluloide
ET ALORS | L’histoire discrète cet album, le tout premier de Thee Hyphen, projet pré-Celluloide, vire carrément à la saga avec la sortie de cette version entièrement remasterisée. Pour d’obscures raisons, le disque fut inconsciemment sabordé par l’ajout d’effets métalliques malheureux sur le chant lors de sa sortie confidentielle en 1994. Il serait d’ailleurs probablement resté méconnu si les bandes originales n’avaient pas refait surface l’an dernier. Et c’est un retour vers le futur que tente aujourd’hui l’album qui sonne plus contemporain que jamais, après un nettoyage en règle assorti de nouveaux mixage et mastering. Et parce qu’on y entend de belles machines analogiques tourner à plein régime, parce que le chant s’est clairement humanisé avec des harmonies uniques, parce que chaque son est placé avec la précision d’un orfèvre, et enfin parce qu’on y retrouve une version si élégante de la ritournelle la plus entêtante de Celluloide en intro de "This Aching Kiss", on réalise soudain qu’avec cette version 2.0, Thee Hyphen s’offre un bond dans le présent, auquel appartient sans l’ombre d’un doute sa solide dark pop électronique sans concession, passionnée et flamboyante. Vous l’avez manqué à l’époque ? Ne ratez surtout pas sa mise à jour !
CONNEXE | Électro | France | Celluloide
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Gnome & Spybey
"The Seventh Seal"
DATES | Sorti le 7 avril 2021 | Publié le vendredi 16 juillet 2021
POURQUOI | Ant-Zen | Mark Spybey
ET ALORS | Pour un peu, nous passions à côté du septième album de Gnome & Spybey, sorti début avril, "The Seventh Seal". Le disque crée la surprise puisqu’il s’agit du premier album que le duo réalise avec autant de vocaux au premier plan. Parler de chansons serait cependant un raccourci trop rapide, un amalgame un poil osé, pour ce qui relève plutôt du spoken words assez proche des travaux de Coil période "Astral Disaster" et "Musick to Play in the Dark". On découvre alors que le timbre de Mark Spybey est ici très proche de celui de John Balance, une bénédiction qui ne gâche rien à l’affaire, et ses paroles fantomatiques, comme capturées entre deux mondes et pour la première fois propulsées au premier plan, installent une dualité et un réconfort, dans cet océan d’ambient électronique un rien angoissante. Rarement au sein de ses autres projets Beehatch, Dead Voices on Air ou plus récemment en compagnie d’Anatoly Grinberg, Mark Spybey ne nous avait semblé aussi accessible : c’est une première tellement réussie que l’on en redemande déjà.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Lisa Gerrard & Jules Maxwell
"Burn"
DATES | sorti le 7 mai 2021 | Publié le lundi 12 juillet 2021
ET ALORS | La pochette pourrait faire penser à celle de la bande originale d’un documentaire animalier ou d’un film, un exercice auquel Lisa Gerrard se plie régulièrement depuis plus de vingt ans, il n’y a cependant pas de connexion au septième art ici. "Burn" est bel et bien le nouvel album studio de Lisa Gerrard, cette fois épaulée par le compositeur Jules Maxwell, également claviériste de de Dead Can Dance en live. Ce nouveau disque rappelle justement le groupe avec son brassage occasionnel de voix, féminine et masculine, Jules Maxwell remplaçant honorablement Brendan Perry à ce poste. Trois ans après "Dionysus", disque franchement raté auquel la chanteuse s’était associée à contre-coeur, "Burn" est une très belle revanche. Électronica et world music se mêlent avec extrême justesse, le disque s’affirme au fil des écoutes clairement plus accessible que les précédents opus de l’Australienne, trop souvent versés dans le sacré. Si la moitié des chansons possède malgré tout cette emphase propre aux génériques de fin, les mélodies sont bien plus aériennes que plombées, et avec ses belles percussions, "Burn" est sans conteste l’album le plus chaleureux et le plus lumineux de la discographie de Lisa Gerrard. À ne surtout pas manquer.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
16/20
Baulta
"Another Second Chance"
DATES | Sorti le 5 mars 2021 | Publié le vendredi 11 juin 2021
POURQUOI | Post-Rock | Pochette | dunk!
ET ALORS | Le cinquième album de Baulta commence par une sirène plaintive et inquiétante, au loin dans la brume, laquelle avertit que cette seconde chance est peut-être la dernière, et qu’il s’agit de ne pas la manquer. Après quatre disques auto-produits, "Another Second Chance" est le premier que les Finlandais réalisent pour le compte du véritable sanctuaire du post-rock instrumental de qualité qu’est le label belge dunk!. La musique de Baulta est de celles dont la beauté doit beaucoup à la gravité de son interprétation, à sa progression lente et expressive, à ses notes de piano qui véhiculent des mélodies fortes, économes et répétitives. D’une certaine manière, elle est à la fois douce et puissante, comme si le groupe était parvenu à contenir deux forces opposées tout au long de ces cinq morceaux robustes et solennels. Nous connaissions déjà les ingrédients, mais les proportions sont ici judicieuses : on pourrait d’ailleurs confondre avec le Cocteau Twins ambient de "Victorialand" sur la première moitié de "Hardly Even Here", avant sa seconde partie indéniablement cinématique; une composante que partage "Long May Reign", qui offre au disque un final héroïque en passant en revue tous les codes d’un genre qui n’en finit plus de nous passionner.
VOUS
LECTEURS
PRÉMO
15/20
Filtrez en cliquant sur Pochette, The Cure, un label, une note ou un chroniqueur.
PAGE | Suivante