L'essentiel

Chroniques Express
Mew

« Visuals »

[Play It Again Sam]

Chronique rédigée par Bertrand Hamonou

publiée le jeudi 22 février 2018 à 17h15

sorti le vendredi 28 avril 2017



Chaque disque de Mew est un savant numéro d'équilibriste professionnel que "Visuals", leur déjà septième album, vient prolonger avec ses vrais refrains et ses fausses introductions qui ne donnent parfois aucune indication sur ce qui va suivre. Le trio danois est adepte des structures déconstruites avec tout autant d'audace que celles dont faisaient preuve les Boo Radleys en leur temps, ou encore à la manière des Pale Saints sur "The Comforts of Madness", avec un supplément de panache en prime. Reste qu'aussi savante soit la pop de Mew, elle n'en demeure pas moins une sacrée source de plaisir sucré/salé sans jamais tomber dans la niaiserie pour autant : les parties rythmiques sont plus riches qu'on ne l'imagine, et ces chansons ouvertement pop contiennent bien plus de matière qu'il n'y paraît au premier abord. C'est d'ailleurs la marque de fabrique du groupe de Jonas Bjerre depuis ses débuts, et qui fut magistralement illustrée sur l'album "Frengers" en 2003 dont le titre (compression des mots "Friends" et "Strangers") annonçait clairement les téléscopages à prévoir lors de l'écoute des chansons. Sur "Visuals" la méthode d'écriture et de composition perdure, un peu comme si le groupe disposait de trois fois plus de titres que nécessaire et s'amusait à tous les placer les uns à l'intérieur des autres. Cette fois encore Jonas Bjerre livre de sa voix haute et claire des refrains qui restent dans la tête toute la journée, un signe qui ne trompe pas lorsqu'il s'agit de pop majeure. À l'instar des White Lies sur leur dernier album "Friends", Mew se permet cette fois un petit côté faussement 80’s avec des riffs synthétiques sur les parfaits "85 Videos", "In A Better Place" et "Twist Quest", pour un exercice de retro-pop-moderne démontrant tout un savoir-faire propre aux surdoués de la pop qu'ils ont su rester même après le départ du guitariste originel Bo Madsen en 2015. Pour autant, vingt ans après leurs débuts, il est curieux de constater que la notoriété de Mew est toujours inversement proportionnelle à sa puissance mélodique ; espérons que "Visuals" réussira à renverser la tendance.


Ce qu'on a aimé
La richesse des compositions
La recherche d'une complexité de jeu
Les refrains
Ce qu'on n'a pas aimé
Deux titres inédits pour le Japon. Et nous ?
PLUS D'INFOS
ÉCOUTEZ
TRACKLISTING
1. Nothingness And No Regrets
2. The Wake Of Your Life
3. Candy Pieces All Smeared Out
4. In A Better Place
5. Ay Ay Ay
6. Learn Our Crystals
7. Twist Quest
8. Shoulders
9. 85 Videos
10. Zanzibar
11. Carry Me To Safety

DATES
Sorti le vendredi 28 avril 2017
Chroniqué le 22 février 2018