L'essentiel

Chroniques Express
Lead Into Gold

« The Sun Behind The Sun »

[No, So Yes]

Chronique rédigée par Bertrand Hamonou

publiée le mardi 16 octobre 2018 à 08h49

sorti le samedi 28 juillet 2018



Vingt-huit années séparent "The Sun Behind The Sun" de son prédécesseur "Age of Reason" sorti sur le label Wax Trax! en 1990. Et finalement, la différence d'âge ne s'entend pas tant que ça : même voix trafiquée passée au vocoder façon extraterrestre, même façon de composer les titres avec samples d'époque ("Hard Won Decay","These Unknown", "The Sun Behind The Sun"), même penchant pour les grosses rythmiques au premier plan à la manière de Ministry période "The Land of Rape and Honey".

Rappelons tout de même que Paul Barker, seul aux commandes de Lead Into Gold, fut longtemps à lui seul la moitié de Ministry, se cachant sous le fameux alias de producteur Hermes Pan, toujours associé à celui de son alter ego Hypo Luxa (Al Jourgensen). Les seules différences majeures qui sautent aux oreilles dès la première écoute des huit titres de "The Sun Behind The Sun" sont l'emploi systématique d'une batterie au lieu d'une boîte à rythmes, et l'abandon de la basse à cordes au profit de versions synthétiques, ce qui constitue un curieux choix de la part d'un bassiste de cette envergure. Quoi qu'il en soit, Paul Barker vient de réaliser un disque plus organique dans sa forme que Low & Slow, le dernier maxi du groupe qui n'avait jamais dépassé le stade du test pressing en 1990, lequel fut ressuscité en 2015 pour les besoins d'une réédition en vinyle au pressage confidentiel.

Organique, "The Sun Behind The Sun" l'est assurément : il s'agit même d'un prodigieux disque de rock industriel sans usage massif de guitares, proscrites, qui n'apparaissent que sur un seul titre, le mystérieux "No. 3 vs. No. 1" : une performance ! Et pourtant, même sans guitares, quelle force latente contenue qu'irradie "The Sun Behind The Sun" ! Un album très ingénieux dans sa conception, fabriqué à l'ancienne au moyen de machines que l'on imagine un peu crasseuses, comme si elles étaient maintenues en vie bien malgré elles depuis toutes ces années, et qu’un génie du son était venu tirer de leur léthargie avec patience, précision et méticulosité. On espère une suite avant vingt-huit ans.


Ce qu'on a aimé
L'ingénieux rock industriel sans guitares
Les parties rythmiques
Les samples à l'ancienne, façon Ministry circa "The Land of Rope and Honey"
La partie de basse sur la seconde partie du titre "The Sun Behind the Sun"
Ce qu'on n'a pas aimé
Le titre "Sweet Caress" un peu plus faiblard que les autres
PLUS D'INFOS
ÉCOUTEZ
TRACKLISTING
1. Hard Won Decay
2. To The Thoat
3. X 0000
4. These Unknown
5. We'll Take Tomorrow
6. No.3 vs No.1
7. Sweet Caress
8. The Sun Behind The Sun

DATES
Sorti le samedi 28 juillet 2018
Chroniqué le 16 octobre 2018